«Mégabassine» à Saint-Soline : la difficile équation politique pour l'exécutif

© Thierry Olivier / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP

Intervenir ou non à Sainte-Soline, un dilemme politique pour l’exécutif qui craint que le site devienne la nouvelle Notre-Dame-des-Landes . C’est l’objectif premier de Gérald Darmanin : qu’aucune ZAD ne prenne place dans la commune des Deux-Sèvres. "Je laisserai un millier de gendarmes dans le département", a-t-il soutenu. "Il est hors de question de voir se constituer une nouvelle Notre-Dame-des-Landes."

>> Retrouvez Europe Matin en replay et en podcast ici

Un "écoterrorisme" dénoncé par Darmanin

Un message de fermeté, où le ministre de l’Intérieur est allé jusqu’à dénoncer "l’écoterrorisme". Les affrontements de samedi ont fait 61 blessés chez les gendarmes dont 22 grièvement. Problème pour ces derniers : leurs moyens d’actions sont limités. Les manifestants sont actuellement sur un terrain privé , et donc il est impossible à ce stade de les déloger, explique le ministre de l’Agriculture Marc Fesneau : "Évidemment, à un moment on se dit 'après tout, ils pourraient y aller plus fort', mais la vérité c'est que la grande force d'une démocratie c'est de respecter la loi et d'avoir un usage proportionné de la force."

>> LIRE AUSSI - «On n'est pas dans un État totalitaire», Marc Fesneau défend l'intervention des forces de l'ordre à Sainte-Soline

Le ministre a insisté en déclarant qu'en France, "on n'est pas dans un État totalitaire. On n'est pas en Chine, on n'est pas en Russie. Chez nous il y a des règles de droit qui s'appliquent et c'est la force d'une démocrati...


Lire la suite sur Europe1