Méfiance envers le vaccin AstraZeneca : comment éviter le gâchis de doses ?

·1 min de lecture

A la suite des rares cas de thromboses détectées après son administration, le vaccin AstraZeneca subit à la fois une certaine méfiance de la population et une restriction aux personnes âgées de plus de 55 ans. Est-ce à dire que l’on risque de gâcher des doses ?

Depuis que des cas rarissimes de thromboses ont été détectés à la suite de l'administration du vaccin AstraZeneca, certains patients se méfient de ce pilier de la campagne de vaccination. " On voit bien qu’il est déjà plus difficile de le prescrire ", nous racontait début avril Jacques Battistoni, président du syndicat de médecins généralistes MG France. " Les patients sont évitants, retardent l’échéance de la vaccination en espérant une autre formule, s’interrogent sur les futures arrivées… Seuls les plus pressés d’être protégés acceptent volontiers le vaccin AstraZeneca ". Une enquête Odoxa-Backbone Consulting réalisée pour Le Figaro soulignait le 8 avril que 71 % des Français se méfient désormais du vaccin suédo-britannique.La défiance semble se confirmer peu à peu : à Nice, dans les Alpes-Maritimes, les allées pour accéder à un centre de vaccination contre le Covid-19 sont restées vides ce dimanche 18 avril. Les enseignants et les forces de l’ordre âgés de plus de 55 ans, à qui les créneaux étaient dévoués, ne s'y sont pourtant pas bousculés... Alors que 4 000 doses de vaccin AstraZeneca pouvaient être injectées. Toujours dans la région, France Bleu Provence-Alpes-Côte d'Azur rapportait ce week-end les...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Motion de défiance contre la direction de 20 Minutes : "On va droit dans le mur"

20 départements sous "surveillance renforcée", pas de mesures immédiates : les annonces de Castex

"Un pull à 20 euros, c’est ce que je mange en une semaine" : ce que coûte le Covid aux Français

"Je ne supporte plus les écrans, je veux rencontrer les gens en vrai" : c'est quoi, avoir 20 ans, en 2020 ?

La racialisation de la question sociale, une impasse : rendez-vous le 20 septembre place de la République