En Méditerranée orientale, le brouillage du GPS provoque des remous dans la circulation aérienne

C’est un peu l’arroseur arrosé, ou Israël, le pays qui a inventé le navigateur Waze, qui perd le nord. Le brouillage du système de navigation par satellite GPS est de plus en plus intense dans l'est du bassin méditerranéen. À tel point qu'il met en danger l'aviation civile dans cette région du monde.

Avec notre correspondant à Jérusalem, Michel Paul

Cela fait trois ans que les ennuis autour du GPS ont commencé. Au commencement, ce sont les radars russes installés en Syrie qui ont été blâmés. Mais les choses ont considérablement empiré. Ces dernières semaines, c'est toute la Méditerranée orientale qui subit les conséquences du brouillage du GPS : une partie de la côte turque, le littoral syrien, libanais, israélien et également l'île de Chypre.

Avions déroutés

Principale victime : l'aviation civile. À plusieurs reprises, des atterrissages d’avions de ligne ont dû être redirigés vers des aéroports moins affectés. À ce stade, les systèmes de géonavigation terrestres tels que ceux que l’on trouve dans les voitures sont peu touchés par le brouillage.

Anti-drones

Selon l’Agence européenne de sécurité aérienne, citée par le quotidien Haaretz, ce sont des systèmes anti-drones qui sont les responsables. Un porte-parole militaire affirme au quotidien que l’armée israélienne œuvre dans plusieurs dimensions contre des menaces diverses sur tous les fronts. Mais il n’est pas le seul acteur dans la région à agir de la manière.


Lire la suite sur RFI