Méditerranée: un nombre croissant de migrants secourus aux portes de l'Europe

Plus de 260 personnes ont été secourues en Méditerranée alors qu'elles tentaient la traversée dans des bateaux de fortune, et 500 autres ont été interceptées par les autorités libyennes avant de pouvoir s'éloigner des côtes. Toutes ces personnes cherchaient à fuir la Libye et gagner coûte que coûte l'Europe. Dimanche 24 avril, c'est le navire de l'ONG SOS Méditerranée qui a pu secourir 164 personnes.

La météo clémente est probablement à l'origine d'un si grand nombre de départs en si peu de temps : « Il y a des départs toute l'année, mais il est certain que dès qu'il y a des fenêtres météo, il y a beaucoup plus de départs, ça, c'est un phénomène que l'on peut constater dans le monde entier, y compris dans la Manche, explique François Thomas, le président de SOS Méditerranée. Donc dès qu'il y a des fenêtres météo, les personnes partent, ce qu'ils appellent l'enfer libyen les pousse à tenter la traversée et à prendre ces risques. »

Les personnes qui ont été sauvées récemment proviennent du Soudan, de Guinée, du Mali, d'Érythrée : « Nous nous sentons vraiment très petits parce qu’en février dernier, notre bateau Ocean Viking a effectué quatre sauvetages en moins de 24 heures. »

Une mobilisation trop faible de la part des États européens

Le président d’SOS Méditerranée précise qu’il y a une mobilisation citoyenne qui permet aux navires de l’ONG d'être présents, mais qu’il faudrait qu'il y ait une mobilisation des États européens.

« Il y a un véritable un compteur infernal qui ne s’arrête jamais. Depuis le début de l'année, il y a plus de 500 personnes qui ont perdu la vie en Méditerranée centrale. Nos interventions permettent de sauver des vies, mais c'est totalement insuffisant par rapport à cette tragédie. »

La Méditerranée centrale est la route migratoire la plus dangereuse du monde, selon l'Organisation internationale pour les migrations (OIM). L'agence onusienne y estime à plus de 23 500 le nombre de morts et disparus depuis 2014, dont 2048 l'an dernier.

À écouter: Sur la route migratoire la plus meurtrière du monde

(avec AFP)

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles