Méditerranée : choyé par l'Espagne, le Maroc a mis un frein aux départs de migrants

franceinfo avec AFP

Rabat a décidé de ne plus laisser autant d'embarcations qu'auparavant quitter ses côtes à destination du littoral espagnol, distant de moins de 300 km. Un recul de la tolérance marocaine constaté par Jose Encinas, un responsable du syndicat de gardes civils AUGC en Andalousie (sud), région où débarquent la plupart des migrants en Espagne. Autre signe : selon un expert en migrations d'un organisme international, requérant l'anonymat auprès de l'AFP, "la police maritime marocaine a mis en place tout un dispositif, surtout dans le nord, aux points stratégiques" pour ralentir les départs.

Les chiffres sont là. Depuis le mois de janvier 2019, 15 683 migrants sont arrivés en Espagne par la mer, soit 45% de moins que sur les huit premiers mois de 2018, selon le ministère espagnol de l'Intérieur. Après l'accord Turquie-UE sur l'immigration de 2016, puis la fermeture des ports italiens en 2018, la route migratoire maritime vers l'Espagne était devenue la plus fréquentée l'an dernier. Ce n'est plus le cas : les passages vers l'Europe sont de nouveau plus nombreux par l'est de la Méditerranée, vers la Grèce, selon l'Organisation internationale pour les migrations (OIM).





Le chantage des "robinets" migratoires

Pour Eduard Soler, spécialiste espagnol de la géopolitique en Afrique du Nord au sein du think tank CIDOB, l'explication du changement d'attitude (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi