La méditation en pleine conscience à l'école a-t-elle des bienfaits ?

La rentrée des classes approche à grands pas et vous faites peut-être partie de ces enseignants qui intègrent de la méditation en pleine conscience avec, pour ambition, d'accroître le bien-être de vos élèves ou d'améliorer la gestion de leurs émotions. Avant de vous lancer, vous êtes-vous demandé à quel point cette pratique et ses bénéfices supposés étaient validés par la recherche scientifique ?

Que ce soit d'un point de vue écologique (les résultats dans le contexte de la salle de classe) ou expérimental (les résultats sur des marqueurs cérébraux en laboratoire), la méditation en pleine conscience échoue pour l'instant à être à la hauteur de ses prétentions.

Un essai robuste avec un groupe contrôle actif

Plusieurs problèmes sont récurrents dans les études sur l'efficacité de la méditation en pleine conscience. Généralement, le design de l'étude ne permet pas de considérer les résultats comme robustes statistiquement. En cause, le faible nombre d'individus au sein des échantillons, limitant drastiquement la puissance statistique de l'expérience et la passivité du groupe contrôle qui porte atteinte à la comparabilité des groupes.

Un large essai randomisé contrôlé par grappes réalisé en Grande-Bretagne « My Resilience in Adolescence » (Myriad), publié dans la section Evidence-Based Mental Health du British Medical Journal, tente de relever ces défis méthodologiques. Il comporte un échantillon de plus de 8.300 élèves au sein de 84 écoles différentes et un groupe contrôle qui reçoit un enseignement habituel concernant la santé mentale et le bien-être.

La méditation pourrait faire plus de mal que de bien chez des enfants trop jeunes ou bien chez ceux qui sont à risque de dépression. © Antonioguillem, Adobe Stock
La méditation pourrait faire plus de mal que de bien chez des enfants trop jeunes ou bien chez ceux qui sont à risque de dépression. © Antonioguillem, Adobe Stock

Les résultats sont interprétés au sein d'un modèle intégratif qui prend en compte l'influence des variables environnementales (le pays, la taille de l'école, la répartition genrée de l'école) et des variables individuelles (l'âge, le genre, l'ethnie, le risque de...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura