Médine au Bataclan : cette inquiétante crise d’immaturité dans laquelle s’enfonce la France

Malik Bezouh
Médine au Bataclan : cette inquiétante crise d’immaturité dans laquelle s’enfonce la France

La programmation du rappeur Médine au Bataclan a provoqué une vraie vague de protestation, ses détracteurs considérant que le message du musicien est trop lié à un Islam politisé.

Atlantico : Si Médine n'est clairement pas un islamiste radical, ses paroles peuvent-elles créer une certaine confusion ? Comment expliquer qu'il maintienne une certaine ambiguïté, donnant lieu à des interprétations diverses ?

Malik Bezouh : Médine est un artiste engagé, de toute évidence. Trop diraient ses détracteurs. Dans le contexte français, il est évident que certains de ses propos ont surpris, voire choqué. Cela dit, il faut bien nous garder de tout procès d’intention. Notons, de plus, que l’affiche qui fait tant débat aujourd’hui, pour ne pas dire polémique, est le résultat d’un montage grossier tiré de l’un de ses albums sorti en 2005 ! C’est-à-dire une décennie avant les terribles attentats perpétrés par l’organisation takfiriste DAECH. Bref, pour la partie graphique, c’est-à-dire l’affiche tant incriminée, il nous faut bien admettre qu’il s’agit là d’une controverse sans fondement aucun. Il reste les textes du chanteur dont certains, en effet, peuvent poser question. Mais n’est-ce pas le rôle de l’artiste engagé que de susciter le débat à travers ses œuvres ? Quant à l’emploi du mot Jihad, en 2005, même s’il est vrai que dans la religion islamique, il signifie le combat contre soi-même pour s’élever spirituellement dans l’optique d’être meilleur avec ses semblables, au vu de notre dramatique actualité, marquée par le terrorisme, il est naturel que ce terme engendre de l’inquiétude chez une partie importante de la société française à qui l’on ne peut reprocher de méconnaitre les subtilités théologiques de la religion musulmane.

Ces polémiques lui donnent une visibilité considérable au-delà de son public. Certes la provocation est un (...)lire la suite sur Atlantico


Le rappeur Médine accuse l’extrême droite de vouloir limiter notre liberté d’expression
Médine au Bataclan : l’étrange géométrie de la « fachosphère »
Medine et le djihâd au Bataclan ou la tentation contre-productive de la censure