Médicaments, vaccins : ces défis que l'Afrique doit relever

Par Jean-Michel Meyer
·1 min de lecture
Si les populations prioritaires ainsi que des stratégies ont été déjà identifiées par la moitié des pays, selon l'OMS, la question de la production et de la logistique des médicaments demeure entière pour l'Afrique. 
Si les populations prioritaires ainsi que des stratégies ont été déjà identifiées par la moitié des pays, selon l'OMS, la question de la production et de la logistique des médicaments demeure entière pour l'Afrique.

L'Afrique est au pied du mur. Même si le continent est relativement épargné jusque-là par le Covid-19, avec 52 253 décès enregistrés au 2 décembre 2020, il est à la veille de lancer la plus grande campagne de vaccination jamais organisée en Afrique. Grâce à la mobilisation et à la solidarité internationale, des millions de doses de vaccins devraient permettre de protéger les Africains. Mais comme le souligne Matshidiso Moeti, la directrice régionale de l'OMS pour l'Afrique : « Développer un vaccin sûr et efficace n'est que la première étape d'un déploiement réussi. » Il faut dire qu'aujourd'hui le continent ne dispose pas d'une chaîne du froid performante capable de transporter, entreposer et distribuer des vaccins contre le Covid-19 conservés à des températures de - 20, - 30, voire de -80 °C. Structurer une filière industrielle performante était pourtant la mission de l'Agence africaine du médicament (AMA) et du Plan de fabrication de produits pharmaceutiques pour l'Afrique (PMPA). Imaginés dans les années 2000, ces deux mécanismes n'ont toujours pas vu le jour. Alors que les rares fabricants africains de médicaments réclament davantage de soutien, le lancement de la Zone africaine de libre-échange (Zleca) est une nouvelle opportunité pour promouvoir le développement de chaînes de valeur africaines dans le médicament.

Lire aussi Covid-19 en Afrique : le spectre de la « deuxième vague »

Quitte ou double

« La plus grande campagne de vaccination dans l'histoire [...] Lire la suite