Les médicaments contre l'allergie ruineraient les bénéfices du sport

Céline Deluzarche, Journaliste
·1 min de lecture

S’entraîner régulièrement améliore les performances sportives. Sauf quand vous êtes allergique au pollen et que vous prenez des médicaments. Des scientifiques de l’université de Gand en Belgique et de l’université de Copenhague au Danemark ont fait une découverte surprenante : les antihistaminiques, couramment prescrits contre le rhume des foins ou l’urticaire, sabotent certains des bénéfices de l’exercice physique. Ces médicaments réduisent par exemple de 35 % l’augmentation du flux sanguin vers les muscles pendant l’effort.

« L'exercice aérobie produit une puissante action préventive dans les maladies cardiovasculaires, métaboliques et chroniques », explique Wim Derave, physiologiste du sport à l’université de Gand et principal auteur de l’étude parue dans Science Advances. « Or, le blocage des récepteurs de l'histamine empêche ces adaptations microvasculaires et mitochondriales. Par conséquent, l’amélioration des capacités sportives, du contrôle glycémique et la fonction vasculaire sont amoindries », détaille le scientifique.

L’histamine, un puissant médiateur de la réponse adaptative au sport

L'histamine est généralement associée aux réactions allergiques et à la sécrétion d'acide gastrique, mais ces dernières années, des recherches ont montré que le blocage des récepteurs H1 et H2 de l'histamine réduit le flux sanguin musculaire après l’exercice, empêchant ainsi une bonne récupération. Le blocage des récepteurs de l'histamine modifie également la transcription d'environ un quart des gènes, qui sont exprimés différemment après l'exercice, avance le physiologiste John Halliwilli, non impliqué dans l’étude.

Les récepteurs H1 et H2 de l’histamine jouent un rôle clé dans la vascularisation musculaire, la sensibilité à l’insuline et la capacité aérobie. © Ulia Koltyrina, Adobe Stock
Les récepteurs H1 et H2 de l’histamine jouent un rôle clé dans la vascularisation musculaire, la sensibilité à l’insuline et la capacité aérobie. © Ulia Koltyrina, Adobe Stock

Pour mieux observer les effets de l’histamine, 20 hommes ont été soumis à un programme d'entraînement par intervalles de haute intensité trois fois par semaine...

> Lire la suite sur Futura