Médicaments : la baisse des remboursements écartée… pour l’instant

L’opinion publique a-t-elle eu le dernier mot ? Ce n’est pas si sûr. A tour de rôle, le ministre de l’Economie et des Finances Bruno Le Maire, la Première ministre Elisabeth Borne et le ministre de la Santé et de la Prévention Aurélien Rousseau ont préparé les esprits, dès cet été, à mettre davantage les Français à contribution pour réduire les dépenses de santé. Leur principale piste : doubler le montant des franchises médicales. Il s’agit d’une somme, aujourd’hui fixée à 50 centimes, déduite par l’Assurance maladie des remboursements de vos médicaments, dans la limite de 50 euros par an. Un temps promise dans le budget de la Sécu pour 2024, la mesure, décriée par les patients et les médecins, ne figurera finalement pas dans le texte.

Rien ne dit, cependant, que le gouvernement s’incline face aux pressions de toutes parts. «Il n’y aura pas d’amendement sur l’augmentation des franchises médicales dans le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) car il s’agit d’une mesure réglementaire, confirme à Capital le ministère des Comptes publics. Mais nous avons quand même 1,3 milliard d’euros d’économies à trouver sur les médicaments».

>> Notre service - Faites des économies en testant notre comparateur d’Assurances Santé

Si le gouvernement a multiplié les tergiversations ces derniers mois, c’est sans doute pour prendre la tension des Français face à l’idée de payer plus cher leurs médicaments. L’idée de doubler les participations forfaitaires sur les consultations chez (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

SCPI : les prix de parts baissent, votre argent est-il bloqué à la revente ?
SCPI : les prix de parts baissent, votre argent est-il bloqué à la revente ?
Avec sa nouvelle loterie européenne EuroDreams, la FDJ offre 20 000 euros par mois pendant 30 ans
Avec sa nouvelle loterie européenne EuroDreams, la FDJ offre 20 000 euros par mois pendant 30 ans
Gaz : les tarifs des fournisseurs vont encore augmenter en novembre