Publicité

Médias: la Dépêche du Midi condamnée à verser 50.000 euros à une ancienne journaliste

Le siège de La Dépêche du Midi, le 9 décembre 2015, au sud-ouest de Toulouse (PASCAL PAVANI)
Le siège de La Dépêche du Midi, le 9 décembre 2015, au sud-ouest de Toulouse (PASCAL PAVANI)

Le quotidien régional La Dépêche du Midi a été condamné en janvier aux prud'hommes pour "délit de marchandage" envers une ancienne journaliste, à qui il doit verser 50.000 euros, a-t-on appris mardi de source syndicale.

Le journal a été jugé coupable d'avoir, en 2017, embauché en CDI cette journaliste précédemment en CDD au sein de sa rédaction toulousaine, mais cette fois via son agence de presse interne Dépêche News, soit dans des "conditions sociales et salariales nettement moins favorables qu'avant" et que celles dont bénéficient les journalistes directement salariés par la Dépêche du Midi, selon un communiqué du syndicat national des journalistes (SNJ).

Comme l'a révélé le site d'investigation Média Cités, les prud'hommes ont en conséquence condamné le quotidien et son agence de presse à verser à cette journaliste 50.000 euros au titre notamment de rappels de salaire et de congés payés, mais aussi de dommages et intérêts pour "non-respect des dispositions conventionnelles de salaire et de classification", précise le SNJ.

Contactée par l'AFP, la direction a indiqué mardi ne pas souhaiter "communiquer sur ce sujet".

"En l'espèce, l'organisation mise en place au sein du groupe La Dépêche, qui consiste à faire travailler les journalistes de la SAS +Dépêche News+ au même titre que ceux de la SA +Groupe La Dépêche du Midi+ à la rédaction des éditions régionales et numériques, avec des statuts et des salaires différents, afin d'en tirer des économies, démontre la présence d'un délit de marchandage", détaille le jugement des prud'hommes cité par le syndicat.

Ce jugement, rendu le 18 janvier, a été notifié aux parties début février et peut faire l'objet d'un appel que le SNJ juge "probable" de la part de la direction du journal, dont le siège social se trouve à Toulouse.

- Signalement -

"Le SNJ se réjouit de cette nouvelle étape vers le juste traitement des journalistes de Dépêche News qu'il revendique en vain auprès de la direction depuis des années", précise encore le communiqué.

La journaliste concernée par cette décision n'est en effet pas la seule dans ce cas. "Depuis 10 ans, toutes les nouvelles recrues (à une exception près) sont sous statut" Dépêche News, note le SNJ, soit environ 65 embauches, contre 90 journalistes encore sous statut Dépêche du Midi, détaille Olivier Cimpello, élu du SNJ au CSE.

Après une enquête sur ces pratiques du groupe de presse, l'inspection du travail a effectué en 2023 un signalement à la justice, selon le parquet de Toulouse et M. Cimpello.

"En juin 2023, l'inspection du travail a envoyé à tous les journalistes de Dépêche News dont ils avaient l'adresse un courrier disant que le délit de marchange était constitué, avant de transmettre un signalement au parquet à la fin de l'été", a précisé à l'AFP le syndicaliste.

Le parquet, qui indique que son enquête "devrait toucher à sa fin d'ici à la fin mars", n'a donc pas encore décidé des suites à donner au signalement.

Confronté comme l'ensemble des médias traditionnels à une érosion de son audience face au numérique et aux changements d'habitude des lecteurs, la Dépêche du Midi a enregistré une diffusion France payée de 111.068 exemplaires en 2022-2023, en recul de 5,04% par rapport à la période 2021-2022, selon l'Alliance pour les chiffres de la presse et des médias.

vgr/siu/or