Les médecins libéraux reconduisent leur grève du 2 au 8 janvier

Du 2 au 8 janvier 2023, de nombreux médecins généralistes vont poursuivre la grève, abandonnant pour un temps leur stéthoscope, dans le but d’obtenir de meilleures conditions de travail et une revalorisation du tarif de consultation.
JEFF PACHOUD / AFP Du 2 au 8 janvier 2023, de nombreux médecins généralistes vont poursuivre la grève, abandonnant pour un temps leur stéthoscope, dans le but d’obtenir de meilleures conditions de travail et une revalorisation du tarif de consultation.

SANTÉ - La « grève dure » va se poursuivre en 2023. Après une semaine de grève entamée au lendemain du week-end de Noël, la colère des médecins libéraux ne retombe pas. Le mouvement de grève est reconduit pour une semaine de plus, a annoncé ce lundi 2 janvier le collectif Médecins pour demain.

Dans un communiqué publié sur son site Internet, le collectif, qui rassemble plus de 16 000 professionnels sur son groupe privé sur Facebook, annonce « avec beaucoup de regret et d’amertume [...] une deuxième semaine de grève des médecins libéraux de France : du 2 au 8 janvier 2023 inclus ».

Une prolongation qui s’explique, selon le collectif, par l’absence de dialogue avec le gouvernement au sujet de la dégradation des conditions de travail des médecins généralistes en France. « Le gouvernement n’a malheureusement pas daigné nous accorder de l’attention malgré cette première semaine de grève », indiquent-ils.

Le communiqué ajoute même qu’« au contraire, nous avons même été injustement sermonnés par notre ministre ». Une référence directe à la déclaration du ministre de la Santé François Braun, le 28 décembre. « Je ne remets bien sûr pas du tout en cause le droit de grève des médecins », expliquait-il, avant d’estimer que la grève était « particulièrement malvenue en cette période d’extrême difficulté pour le système de santé ».

Manifestation à Paris

Pour la dernière semaine de décembre 2022, près de 60 % des membres du collectif à l’origine de l’appel à la grève avaient déclaré être grévistes. À ce titre, le collectif Médecins pour demain, qui se présente comme « apolitique et asyndical », insiste désormais pour que la journée du jeudi 5 janvier soit celle d’une mobilisation collective des médecins libéraux. « Nous vous attendons également nombreux à Paris le 5 janvier, tous les soutiens (patients, famille, etc.) sont les bienvenus ! », indique le communiqué.

Vous ne pouvez pas visionner ce contenu car :

  • Vous avez refusé les cookies associés aux contenus issus de tiers en vous abonnant. Vous ne pourrez donc pas lire nos vidéos qui ont besoin de cookies tiers pour fonctionner.

  • Vous utilisez un bloqueur de publicité. Nous vous conseillons de le désactiver afin d’accéder à nos vidéos.

Si vous n'êtes dans aucun de ces deux cas, contactez-nous à aide@huffingtonpost.fr.

Une marche aura donc lieu à partir de 13 heures à partir de la place du Panthéon. La manifestation se dirigera vers le ministère de la Santé, afin de réclamer l’attention du gouvernement au sujet des revendications des praticiens. À commencer par une hausse du tarif de consultation de 25 à 50 euros. Les revendications concernent aussi une « charge de travail toujours plus importante », à laquelle vient s’ajouter « beaucoup d’administratif inutile ».

Des revendications qui se traduiront cette semaine encore par des fermetures de cabinets un peu partout en France dans une période cruciale pour le système de santé français, déjà bien affaibli par la triple épidémie hivernale (Covid-19, grippe et bronchiolite) qui secoue actuellement les services d’urgences hexagonaux, déjà saturés avant cette nouvelle semaine de grève.

À voir également sur Le HuffPost :

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Lire aussi