La médecine du futur signe t-elle la fin de la relation patient-soignant? - BLOG

Loïc Étienne
L’impact de cette médecine du futur sur la relation humaine est bien réel; médecins comme patients y voient briller les lumières d’une guérison totale des maladies. (image d'illustration)

BLOG - En dehors de l’urgence vitale, la relation entre le patient et son médecin suit un cérémonial immuable. Dès la poignée de main et les échanges introductifs, le médecin recueille à l’insu de son patient des éléments non verbaux; en face le patient lui aussi évalue le médecin dont il attend la guérison. “L’anamnèse” est ce moment clé où l’essentiel est dit: le médecin transforme la plainte en des symptômes qu’il “négocie” avec le patient, et le recueil de l’histoire de la maladie lui fournit l’essentiel des éléments diagnostics. L’Art du médecin consiste à en faire émerger les éléments saillants. De cet échange naitra ou non la confiance du patient. Le reste est très normé: l’examen clinique pendant lequel le médecin pose d’autres questions et établit le contact physique, comme un rituel chamanique. Puis vient la prescription d’examens (biologie, prélèvements, imagerie…). Ce sont eux désormais qui posent les diagnostics, le médecin ne faisant que les suspecter. Une fois définis les traitements médicaux et chirurgicaux et la mise en place du suivi, la consultation s’arrête là. Mais souvent sur le pas de la porte, c’est le plus important qui est exprimé: “Ah Docteur, j’ai oublié de vous dire…”. Que de problèmes ont pu être résolus durant ce court instant avant de prendre congé!

Médecine 3.0

Ce quasi cérémonial est le cadre de ce joyau relationnel qu’est la relation médecin-patient et par extension soignant-soigné. Mais depuis 5 ans, grâce à l’intelligence artificielle, les nouvelles technologies et internet, nous sommes entrés dans la médecine 3.0: le médecin, le patient et la machine!

Les performances et les espoirs de la médecine actuelle ont de quoi subjuguer: ce qu’on appelle de façon excessive “l’intelligence artificielle” est capable d’interroger le patient grâce à des questionnaires dynamiques, comme le fait le système expert d’aide à la décision MedVir qui parvient dans 87 % des cas à suspecter le diagnostic final par le seul interrogatoire sans le...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post