La médecine force la porte des campagnes

Libération.fr

Dans la région des Combrailles, en Auvergne, associations, professionnels et élus locaux coopèrent pour orienter les personnes isolées vers des médecins ou des structures de soins.

«Je ne veux pas que le médecin vienne chez moi, j’aurais bien trop honte qu’il voit la poussière.» Henri a 58 ans. Ancien menuisier, il est en arrêt maladie, cumulant plusieurs pathologies dont un diabète et maintenant un cancer du poumon. Il vit aux Ancizes-Comps, dans une petite cité pour gens «pas bien riches». Il s’y plaît, avec son chien et ses deux chats. Ce matin-là, comme elle le fait régulièrement, Anne-Elisabeth Ingold, infirmière de formation et aujourd’hui médiatrice de santé à Médecins du monde (MDM), vient lui rendre visite. Cette jeune femme est la cheville ouvrière d’un programme inédit d’aide à des gens isolés dans des régions qui le sont tout autant. Bref, dans des territoires baptisés «déserts médicaux».

Ces territoires, où la médecine n’est plus très présente, sont devenus un enjeu de l’élection présidentielle. Tous les candidats en parlent, affirment haut et fort qu’ils vont répondre au défi des territoires ruraux sans médecins. Mais en même temps, ils apportent très peu de solutions concrètes. Henri habite dans les Combrailles, en pleine Auvergne enclavée et vallonnée, à quelques kilomètres au nord-ouest de Clermont-Ferrand. Les Combrailles forment une vaste zone de collines et de gorges qui s’inclinent doucement vers le nord et l’est. Environ 40 000 à 50 000 personnes y vivent. Activité traditionnelle, l’agriculture constitue encore aujourd’hui l’épine dorsale du tissu social des Combrailles. En termes de santé, en revanche, le bilan est médiocre. Dans un rapport paru en 2015, Médecins du monde avait noté que «50 % des personnes rencontrées ont renoncé à un soin au cours des douze derniers mois», 48 % déclarant rencontrer des difficultés financières pour se faire soigner. Mais aussi 34 % évoquant des difficultés de transport pour aller jusque chez un (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Guyane : un plan d’un milliard à prendre ou à laisser
Disparition Evelyne Sullerot, du Planning familial à SOS Papa
Attentat de Nice : ouverture «imminente» d’une information judiciaire
La bande à Macron
Born Bad et Pan European, 10 ans de disques indé

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages