La médecin ukrainienne qui avait filmé les horreurs de la guerre a été libérée par les Russes

Ioulia Paievska avec sa GoPro dans les toilettes de son hôpital de Marioupol.  - BFMTV
Ioulia Paievska avec sa GoPro dans les toilettes de son hôpital de Marioupol. - BFMTV

Ioulia Paievska, la médecin ukrainienne qui avait filmé les horreurs de la guerre en Ukraine en caméra embarquée, a été libérée vendredi par les forces russes, après avoir été capturée le 16 mars dernier, rapporte l'agence Associated Press (AP) ce samedi.

"C'est un tel soulagement. Ce sont des mots banals et je ne sais même pas quoi dire", a reconnu, ému, vendredi Vadim Puzanov, son mari, après l'annonce.

Ioulia Paievska était en route pour l'hôpital de Kiev vendredi soir et craignait pour sa santé, a confié son époux, après avoir échangé avec elle par téléphone.

Elle avait capturé des images exceptionnelles du conflit en Ukraine. Ioulia Paievska, médecin à Marioupol, a filmé au jour le jour ses interventions auprès de blessés, à la fois ukrainiens et russes, dans le conflit pendant les deux premières semaines de combats.

Un témoignage rare du conflit

L'annonce de sa libération a également été confirmée par le président ukrainien Volodymyr Zelensky dans sa dernière adresse vidéo quotidienne.

"Je suis reconnaissant envers tous ceux qui ont travaillé pour ce résultat. Taira est déjà chez elle. Nous continuerons de travailler à libérer tout le monde", a-t-il assuré.

Connue sous le nom de Taira, surnom qu'elle s'était choisi dans le jeu vidéo populaire World of Warcraft, Ioulia Paievska a enregistré 256 GB de vidéos, témoignage rare du conflit qui agite l'Ukraine depuis près de quatre mois. Parmi ces images, une fusillade auprès d'un check-point, tuant un couple ukrainien ou encore ses soins prodigués à un soldat russe.

Se sentant menacée, la médecin a pu transmettre, la veille du jour où elle a été capturée, sa carte mémoire à une équipe de journalistes qui l'a sortie de la ville assiégée afin d'en faire connaître le contenu dans le monde entier.

Accusée par les Russes d'avoir collaboré avec le bataillon Azov, aucune preuve d'un tel lien n'a été trouvée par AP.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles