Médecin mort du coronavirus en France : "On met des tas de protections, mais on savait que ça allait arriver", regrette le médecin urgentiste Patrick Pelloux

franceinfo

"On savait que ça allait arriver", réagit sur franceinfo dimanche 22 mars Patrick Pelloux, médecin urgentiste et président de l'Association des médecins hospitaliers en France, quelques heures après l'annonce du décès d'un médecin hospitalier, par le ministre de la Santé, Olivier Véran, sur LCI.

"On a une espèce d'utopie de croire qu'on peut éviter les choses, quand on travaille, on met des tas de protections, on se dit que ça ne sera pas pour nous, mais c'est vrai qu'on savait que ça allait arriver", indique Patrick Pelloux. "On avait vu ce qui s'était passé en Chine avec la mort du médecin lanceur d'alerte, on avait aussi des informations par nos collègues d'Italie", liste le médecin.

On avait déjà eu autour de nous des infirmières, des aides-soignants, des ambulanciers, des réanimateurs, des urgentistes, qui étaient tombés malades, mais à chaque fois ils étaient du bon côté de l'évolution de la maladie.

Patrick Pelloux, médecin urgentiste et président de l'Association des médecins hospitaliers de France

à franceinfo

Patrick Pelloux rappelle cependant que "dans 80% des cas, on arrive à s'en sortir".

"Les malades sont beaucoup plus graves (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi