Un médecin condamné pour avoir accusé d’infidélité la Première ministre nord-irlandaise

·2 min de lecture

Christian Jessen, médiatique médecin nord-irlandais, a été condamné à verser 125 000 livres de dommages et intérêts à la Première ministre Arlene Foster, qu’il avait accusée d’infidélité dans un tweet.

Un tweet chèrement payé. Christian Jessen, un médecin nord-irlandais, a été condamné à verser 125 000 livres (environ 145 000 euros) de dommages et intérêts à la Première ministre Arlene Foster et à rembourser ses frais d’avocat, déclaré coupable de l’avoir diffamée dans un tweet en l’accusant d’avoir une liaison extraconjugale avec un policier chargé de sa protection, rapporte l’«Irish Times». Le médecin, bien connu du public notamment car il contribue à l’émission «Embarrassing Bodies» diffusée sur la chaîne Channel 4, avait publié le message incriminé le 23 décembre 2019 sur son compte Twitter, à destination de ses plus de 300 000 abonnés. Entre sa publication et son retrait deux semaines plus tard, le tweet avait été «aimé» par plus de 3500 internautes et partagé plus de 500 fois, précise RTE.

Dans le tweet, Christian Jessen citait les rumeurs d’infidélité pour dénoncer l’hypocrisie de la dirigeante du parti conservateur, opposée à l’ouverture du mariage aux personnes de même sexe : «N’est-elle pas la femme qui prône la "sainteté du mariage" ? (…) Plutôt satisfaisant pour nous hommes gays qu’elle a faits se sentir merdiques…»

Une tentative de déstabilisation politique, selon la Première ministre

Le juge Gerry McAlinden a estimé que le tweet de Christian Jessen avait été une attaque «au niveau le plus fondamental» de l’intégrité de la politicienne, ayant eu des conséquences sur «des aspects clés de sa vie». Ce tweet «honteusement diffamatoire» a été la cause d'«un grave choc, une détresse, une honte et une humiliation» pour Arlene Foster, à un moment particulièrement tendu pour la composition d’une coalition gouvernementale : «Je pense que cette attaque personnelle et sur mon mariage avait pour but de me(...)


Lire la suite sur Paris Match