Un médecin a bien été arrêté en Polynésie, mais pas parce qu'il prescrit de l'hydroxychloroquine

·3 min de lecture

Depuis le 20 septembre, une vidéo circule dans plusieurs langues sur les réseaux sociaux, accompagnée de messages signalant l’arrestation d’un médecin polynésien, le docteur Jean-Paul Théron : il serait arrêté pour avoir prescrit de l’hydroxychloroquine afin de soigner des malades du Covid-19. En réalité, il a été arrêté pour avoir agressé un clerc de notaire et menacé des gendarmes. Explications dans notre chronique Info ou Intox.

Chronique du mercredi 22 septembre 2021 d’Anthony de Saint-Léger

La vidéo de l’arrestation de Jean-Paul Théron le lundi 20 septembre à Paea, une commune de Tahiti, a été rapidement partagée sur Facebook, Twitter ou encore Telegram (avec une autre vidéo, partagée par un groupe nommé QAnon France). Elle a par exemple été visionnée près de 173 000 fois dans cette publication Facebook, qui explique que le médecin a "été interpelé violement par les gendarmes sur son lieu de consultation. Son crime ? Traiter avec des traitements à base d’Ivermectine ou d’hydroxy-chloroquine." (sic).

Une photo, issue de la vidéo en question, est aussi massivement partagée sur Twitter pour dénoncer l’arrestation de Jean-Paul Théron. Florian Philippot, homme politique français d’extrême droite, a qualifié l’événement de "choquant" sur Twitter et a ensuite mentionné dans un autre tweet que le Dr. Théron avait été arrêté pour avoir utilisé le traitement du Pr. Raoult. Martine Wonner, ancienne députée LREM et anti-vaccin contre le Covid-19, s’est elle aussi indignée sur le réseau social.

En effet, le docteur Jean-Paul Théron est connu pour être un disciple du professeur Didier Raoult. Suivant les recommandations de ce dernier, il promeut et défend un traitement pour les malades du Covid-19 à base d’hydroxychoroquine et d’Ivermectine. Ancien médecin de la santé publique à la retraite depuis juin 2020, il exerce désormais en tant que médecin libéral non conventionné, référent du centre médical Manu iti de la commune de Paea, à Tahiti.

Mais il n’a pas été arrêté pour cette raison. Dans plusieurs articles de presse, comme celui-ci de France Info Polynésie, il est expliqué que son arrestation fait suite à des faits de violence volontaire contre un clerc d’huissier et pour outrage sur personne dépositaire de l’autorité publique, en l’occurrence des gendarmes.

Le procureur de la République Hervé Leroy précise dans une conférence de presse donnée le jour même, disponible en intégralité sur le site de Radio 1 Tahiti, que ces violences ont été commises le lundi 16 septembre alors qu’un huissier de justice s’était rendu au domicile du Dr. Théron pour lui signifier sa convocation devant le conseil de l’Ordre des médecins, dans le cadre d’une procédure disciplinaire.

L'huissier de justice a été agressé verbalement et physiquement, notamment par un "objet métallique lourd", a subi une incapacité totale de travail de huit jours et a été "particulièrement choqué", selon Hervé Leroy. Après le dépôt d’une plainte, des gendarmes se rendent au domicile de Jean-Paul Théron le samedi 18 septembre pour l’inviter à se rendre à la gendarmerie pour être entendu : ils ont été agressés verbalement et outragés, ce qui a conduit à l’arrestation du Dr. Théron le lundi 21 septembre, filmée et diffusée sur les réseaux sociaux.

Le procureur de la République a précisé qu’"en aucun cas Jean-Paul Théron ne fait l’objet de cette procédure judiciaire que je diligente pour des faits liés à son activité de médecin. Il est tout simplement objet de cette procédure en raison des infractions de droit commun qui ont été dénoncées".

Rendez-vous sur le compte Twitter @InfoIntoxF24 ou sur notre chaîne pour retrouver nos chroniques quotidiennes de vérifications d’informations.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles