Le médecin qui a autopsié George Floyd maintient sa conclusion d'homicide

par Jonathan Allen
·2 min de lecture
LE MÉDECIN QUI A AUTOPSIÉ GEORGE FLOYD MAINTIENT SA CONCLUSION D'HOMICIDE

par Jonathan Allen

MINNEAPOLIS (Reuters) - Le médecin légiste qui a pratiqué l'autopsie de George Floyd après son arrestation mortelle en mai dernier a expliqué comment il est arrivé à la conclusion que la mort était un homicide, lors de son témoignage vendredi au procès pour meurtre de Derek Chauvin, ancien policier de Minneapolis.

Alors que les jurés étudiaient les photographies de l'autopsie, le docteur Andrew Baker, médecin légiste en chef du comté d'Hennepin, a déclaré qu'il s'en tenait à la cause de la mort qu'il avait déterminée l'année dernière.

Andrew Baker est l'un des témoins les plus importants alors que les procureurs du bureau du procureur général du Minnesota bouclent leur dossier contre Derek Chauvin, policier blanc qui avait maintenu George Floyd, un homme noir âgé de 46 ans, au sol en lui appuyant un genou sur le cou pendant neuf minutes.

La principale défense de Derek Chauvin contre les accusations de meurtre et d'homicide involontaire a été de mettre en doute les conclusions d'Andrew Baker, ses avocats suggérant que George Floyd pourrait avoir été tué par une overdose simultanée de médicaments.

L'année dernière, le médecin légiste a conclu que la mort de George Floyd était un homicide causé par "un arrêt cardiopulmonaire, complication de la maîtrise, la contrainte et la compression du cou par les forces de l'ordre." Il a conclu que le coeur de George Floyd a cessé de battre et ses poumons de fonctionner parce que Derek Chauvin, âgé de 45 ans, et d'autres officiers l'ont maintenu contre la route de telle manière que son corps a été privé d'oxygène.

D'autres experts médicaux appelés par les procureurs ont passé les deux derniers jours à citer la quantité inhabituelle de vidéos de la mort, filmée sous de multiples angles, en disant que cela renforçait les conclusions d'Andrew Baker et contredisait la théorie d'une overdose soutenue par la défense.

Le médecin légiste a déclaré avoir noté dans son rapport que George Floyd souffrait d'une maladie cardiaque et que du fentanyl et de la méthamphétamine avaient été trouvés dans son sang, car ces facteurs ont pu jouer un rôle dans sa mort. Malgré tout , a-t-il souligné, cela "n'était pas une cause directe."

"La consommation de fentanyl par George Floyd n'a pas causé la compression de son corps ou de son cou, sa maladie cardiaque n'a pas causé la compression de son corps ou de son cou", a déclaré Andrew Baker au jury.

(version française Camille Raynaud)