Un médecin anglais court 33 km avec un masque pour tester son niveau d'oxygène

Ivan Valerio
·2 min de lecture
Des joggueurs sur le Pont des Arts, à Paris, le 8 avril 2020 pendant le confinement instauré en France - ALAIN JOCARD, AFP/Archives
Des joggueurs sur le Pont des Arts, à Paris, le 8 avril 2020 pendant le confinement instauré en France - ALAIN JOCARD, AFP/Archives

Le masque, un obstacle à la pratique du sport? Un médecin britannique a voulu prouver le contraire. Selon CNN, ce praticien a fait un footing de 22 miles, soit plus de 33 kilomètres, avec un masque, pour tester ses capacités respiratoires ainsi protégé.

Mais Tom Lawton ne l'a pas fait n'importe comment. Il s'est équipé d'un oxymètre, instrument permettant de mesurer la quantité d'oxygène qui circule dans les artères, pour s'assurer qu'il n'y a pas de saturation notamment.

Première constatation du praticien: "Le masque ne s'est pas du tout décollé", et les niveaux d'oxygène étaient corrects, assure-t-il à CNN, avec un niveau mesuré à 98%, quand la normale est entre 95% et 100% SpO2 (Saturation pulsée mesurée avec un oxymètre de pouls).

Les médecins partagés

Pour parcourir ses 22 miles, le médecin a testé sur les huit miles à l'aller au travail, et 14 au retour. Il admet que le masque est "inconfortable" mais que les niveaux d'oxygène sont bons. S'il juge que les masques ne vont pas "résoudre le problème par eux même", ils invite à "garder nos distances et respecter l'isolement ainsi que se laver les mains".

En France, le ministère des Sports explique dans un guide publié le 16 juillet que le port du masque est "incompatible avec l'activité physique". Précisant toutefois que dans les salles de sport, l'obligation reste la même que dans les restaurants: le masque doit être porté quand on circule, mais pas pendant l'activité physique.

Les médecins sont partagés sur la question. Certains estiment que le masque peut s'abimer avec la transpiration, et que cela n'est pas recommandé. Ils expliquent aussi que cela peut accélérer la respiration. D'autres en revanche n'y voient pas d'incompatibilité majeure. A Lille et à Marseille, villes ayant mis en place l'obligation de porter le masque dans certains lieux publics, cette règle s'applique également aux joggueurs ou aux cyclistes.

Article original publié sur BFMTV.com