Une mère reconnue comme Juste, une sœur nazie: la famille brisée du prince Philip

Benjamin Pierret
·4 min de lecture
Le prince Philip, époux de la reine Elizabeth d'Angleterre, a été opéré du coeur vendredi peu après avoir été hospitalisé en raison de douleurs à la poitrine. /Photo prise le 9 juin 2011/REUTERS/Paul Edwards/Pool - -
Le prince Philip, époux de la reine Elizabeth d'Angleterre, a été opéré du coeur vendredi peu après avoir été hospitalisé en raison de douleurs à la poitrine. /Photo prise le 9 juin 2011/REUTERS/Paul Edwards/Pool - -

Des beaux-frères nazis, une mère mystique, une enfance nomade: avant de devenir le patriarche de la famille royale britannique, le prince Philip a connu de jeunes années européennes, traversées de déménagements à travers le continent et de drames familiaux. L'époux d'Elizabeth II, mort ce vendredi à l'âge de 99 ans, venait d'une famille brisée.

Le duc d'Édimbourg est né prince de Grèce et du Danemark sur l'île grecque de Corfou, le 10 juin 1921. Il est le quatrième enfant et l'unique fils du prince Andrew de Grèce et du Danemark et de la princesse Alice de Battenberg. Un an seulement après sa naissance, la défaite de la Grèce dans sa guerre contre la Turquie force la famille à s'exiler en France. Ils s'installent à Saint-Cloud.

"Une vie très, très joyeuse"

C'est alors que le jeune prince se rapproche de ses racines britanniques. Par sa mère, il est l'arrière-arrière-petit-fils de la Reine Victoria. À l'âge de 7 ans, il est envoyé à l'école dans le Hampshire, comme le rapporte le Times.

"C'était une vie très, très joyeuse", avait-il confié en 2011 au sujet de cette enfance nomade, comme le rapporte l'AFP. "Cela me semblait parfaitement normal. Comment aurais-je pu comparer avec quoi que ce soit d'autre?"

Le début des années 1930 marque un tournant pour la famille du prince Philip. Esquire rapporte qu'en 1928, sa mère se tourne vers la religion et se convertit à l'église orthodoxe grecque. Le même magazine américain rapporte que son comportement devient étrange, et qu'elle assure recevoir les visites de Jesus et de Buddha. En 1930, elle est internée en Suisse pour schizophrénie paranoïaque, d'après le Times. Vanity Fair rapporte qu'elle y est traitée par Sigmund Freud.

Accointances nazies

Theodora, Margarita, Cecilie et Sophie, ses quatre sœurs, ont toutes épousé des aristocrates allemands et trois d'entre elles ont eu des accointances avec le parti nazi, selon CNBC. Cecilie, notamment, a rejoint le parti avec son mari en 1937. Quelques mois plus tard, elle meurt enceinte dans un accident d'avion avec son époux et leurs deux fils, selon la BBC.

Ses funérailles, à Darmstadt en Allemagne, donnent lieu à des images qui viendront hanter la famille royale, bien des années plus tard. Selon un article du Daily Mail publié en 2006, on y voit le jeune prince Philip, âgé de 16 ans, prendre part à la procession entouré d'hommes en uniforme SS.

"C'est ce qui s'est passé", a simplement expliqué le prince Philip des années plus tard, comme le rapporte la BBC. "La famille était brisée. Ma mère était malade, mes sœurs étaient mariées, mon père était dans le sud de la France. Vous devez continuer malgré tout. Vous le devez. C'est ce qui arrive."

Cecilie n'est pas la seule de la fratrie à avoir exprimé sa sympathie pour le régime nazi. D'après The Independent, un documentaire diffusé en 2015 sur Channel 4 rapportait que Sophie, qui avait rencontré Hitler, l'avait décrit comme un "homme charmant et visiblement modeste". Le même documentaire montrait une photo de la princesse Sophie attablée face à Hitler lors d'un mariage.

Alice de Battenberg, reconnue comme "Juste parmi les Nations"

Des trajectoires diamétralement opposées à celle de leur mère. Après son séjour psychiatrique, elle coupe les ponts avec sa famille et rejoint Athènes, d'après Esquire. Elle s'y consacre à des œuvres de charité auprès de la Croix Rouge, pour venir en aide aux nécessiteux. En 1943, elle cache une famille juive pour lui éviter la déportation. Après la guerre, elle fonde une communauté monastique en Grèce. En 1953, elle assiste au couronnement de la reine Elizabeth dans son habit de nonne. Elle est restée dans la capitale grecque jusqu'en 1967, avant de s'installer à Buckingham et d'y mourir deux ans plus tard. Elle est enterrée à Jérusalem dans la crypte d'une église sur le Mont des Oliviers.

En 1994, le prince Philip était devenu le premier membre de la famille royale britannique à se rendre en Israël, dans le cadre d'une visite privée. Pendant ce déplacement, il avait reçu le titre de "Juste parmi les Nations", l'une des plus hautes distinctions d'Israël, décernée à sa mère à titre posthume pour avoir sauvé une famille juive des griffes des nazis durant la Seconde Guerre mondiale.

Article original publié sur BFMTV.com