La mère d’Éric Ciotti objet d’une enquête de Mediapart, il fustige un traitement « dégueulasse »

Photo
Photo

POLITIQUE - « Dégueulasse », « indigne », « honteux ». Éric Ciotti n’a pas eu de mots assez durs ce mardi 17 janvier pour condamner une enquête de Mediapart, qui épinglait la veille « les économies » de plusieurs centaines de milliers d’euros de « la famille Ciotti » sur la prise en charge médicale d’Anny Ciotti, mère du président des Républicains et victime d’un grave accident vasculaire cérébral en 2000.

Le site d’investigation a révélé que la mère d’Éric Ciotti est hospitalisée depuis juin 2004 au centre Jean-Chanton, un hôpital public des Alpes-Maritimes, département d’élection d’Éric Ciotti. Paralysée, elle se trouve dans un service normalement réservé aux séjours courts et dont l’intégralité des frais est prise en charge par la Sécurité sociale, à l’exception « d’un forfait hospitalier pouvant être remboursé par la mutuelle ».

Nos confrères s’interrogent : comment expliquer ce séjour longue durée dans un service adapté à son état de santé, mais qui est réservé aux séjours plus brefs ? Et surtout, pourquoi Anny Ciotti n’est pas prise en charge à l’hôpital de Nice qui dispose d’une unité pour les soins longue durée ? Selon Mediapart, la prise en charge d’Anny Ciotti centre Jean-Chanton « a permis à sa famille d’économiser plus de 526 000 euros ».

En creux, c’est la question d’une intervention ou d’un traitement de faveur lié aux divers mandats politiques d’Éric Ciotti qui est posée : après avoir été conseiller départemental des Alpes-Maritimes jusqu’en 2015, Éric Ciotti, toujours député, est désormais président de la commission finances de la collectivité, en charge du budget alloué pour la dépendance des personnes âgées aux hôpitaux, soulignent nos confrères.

« Je ne suis jamais intervenu dans la prise en charge», assure Ciotti

Éric Ciotti a refusé de répondre à Mediapart. Mais sur BFMTV, il a fustigé une « attaque » « niveau caniveau ». « Je crois qu’on atteint le sommet de l'ignoble. On est allé fouiller le dossier médical de ma mère, (...) tétraplégique, qui vit sur un lit de souffrance, qui a besoin de soins précis », s’est-il indigné, accusant même Mediapart d’avoir « volé » les données médicales.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Le leader de la droite nie catégoriquement avoir usé de son statut politique. « Ce n’est pas moi qui gère son hospitalisation, ce sont des médecins qui ont décidé de sa situation. Je ne suis jamais intervenu auprès de qui que ce soit, de quelque manière que ce soit dans le caractère de la prise en charge de ma mère », assure-t-il.

« Parce que c’est ma mère, elle n’aurait pas le droit d’être prise en charge d’une façon médicale adaptée ? Il faut qu’on la mette où ? Il faut l’éliminer ? » interroge aussi le député, bien que le site d’investigation ne l’ait jamais sous entendu. À ce stade, Éric Ciotti n’a pas annoncé de poursuite en justice contre Mediapart mais a promis de « dénoncer toutes les attaques qui seront portées sur ce sujet ».

À voir également sur Le HuffPost :

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Lire aussi