Elle mène la "Black Parade" : comment Beyoncé est devenue l'une des porte-voix de la communauté afro-américaine

Marie-Violette Bernard
·1 min de lecture

"Historique." Beyoncé est devenue, dimanche 14 mars, l'artiste féminine la plus récompensée aux Grammy Awards, avec, désormais, pas moins de 28 statuettes à exposer dans sa bibliothèque. La chanteuse américaine a notamment remporté le trophée de la meilleure vidéo musicale pour Brown Skin Girl et celui de la meilleure performance R&B pour Black Parade, morceau qui fait écho à la mort de George Floyd et aux manifestations antiracistes de 2020. "Une Afro-Américaine qui devient l'artiste féminine la plus récompensée, grâce à des titres engagés, c'est un symbole politique fort", s'enthousiasme Keivan Djavadzadeh, maître de conférence en sciences de l'information et de la communication à l'université Paris 8.

Engagée, Beyoncé ? Certains s'étranglent sans doute en lisant l'association de ces deux mots. Car la native de Houston a construit sa carrière de chanteuse (et de businesswoman) sur une image plutôt lisse. Elle s'est fait connaître à la fin des années 1990 en squattant les ondes radio avec son groupe de R&B, les Destiny's Child. En solo, elle a enchaîné les succès depuis 2003, avec notamment des chansons d'amour ou des titres dansants comme Crazy in Love et Single Ladies. "C'était aussi une des conditions de la réussite initiale de Beyoncé : en ne s'engageant pas sur le terrain politique, elle plaisait à un public large", note Keivan Djavadzadeh.

"Le jour où Beyoncé est devenue noire"

Pour l'auteur de Hot, Cool & Vicious. Genre, race et sexualité dans le rap états-unien (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi