Måneskin: "nous on est plus branché sexe et rock'n'roll"

·3 min de lecture
Les membres du groupe Maneskin, le 24 juin 2021 à Paris. - BFMTV
Les membres du groupe Maneskin, le 24 juin 2021 à Paris. - BFMTV

Ils sont très sérieux, les quatres rockeurs de Måneskin. Sagement assis en rang d'oignon sur le canapé d'un palace parisien, les Italiens qui ont remporté l'Eurovision 2021 répondent consciencieusement aux questions des journalistes, appliquant au pied de la lettre l'injonction de leur chanson Zitti e Buoni, "Sois sympa et tais-toi".

Sans rancune après la polémique autour d'un supposé rail de coke, que des milliers d'internautes avaient cru voir passer à l'écran, et qui aurait pu leur coûter la victoire, ils assurent "ça nous a pris 5 minutes pour revenir en mode 'célébration'".

"Un immense malentendu"

"C'était pénible et ça nous a bouleversés, pendant quelques minutes, et puis on s'est dit qu'on était coupable de rien, que c'était juste un immense malentendu et que ce serait facile à prouver", explique le chanteur Damiano David, que le monde entier a vu se pencher sur une table basse, imaginant qu'il prenait de la drogue, alors qu'il ramassait des morceaux de verre cassé répandus sur le sol.

https://www.youtube.com/embed/QN1odfjtMoo?rel=0

"Mais tout le monde a pu voir à la conférence de presse qu'on était plutôt content, malgré les rumeurs et les critiques. Ça fait partie du jeu. Je n'ai pas voulu amplifier la polémique, alors j'ai répondu de façon très laconique", sourit-il encore. Le chanteur avait dû se soumettre, de retour en Italie, à un test, revenu négatif.

Damiano David met cet épisode sur le compte des préjugés que peut avoir le public à l'encontre des rockeurs. "Mais nous on est plus branché sexe et rock'n'roll", plaisante-t-il encore, faisant allusion à la célèbre devise "Sexe, drogue et rock'n'roll".

Look glam-rock

Les quatre vingtenaires au look glam-rock, propulsés par le télé-crochet X-Factor, défendent l'idée de pouvoir encore faire du rock, à une époque marquée par la pop et le rap.

"On fait notre musique, celle qu'on aime et qui nous plaît, et on espère prouver en le faisant que c'est possible de jouer quelque chose de chouette dans un groupe et qu'il n'y a pas besoin d'être un rappeur ou un chanteur pop, qu'on peut faire ce qu'on veut", avance ainsi la bassiste Victoria De Angelis. Pour cela, ils ont dû se battre.

"On a eu pas mal de conflits dans l'industrie de la musique, parce qu'on voulait nous dissuader de faire du rock, parce que ce n'est pas assez mainstream, ça ne se classe pas en tête de charts, ça ne passe pas à la radio. On s'est battu pour imposer notre style de musique." Leur victoire au festival de San Remo, qui couronne habituellement des chanteurs de variété un peu kitsch, et très rarement des groupes, a créé la surprise. Et les a mené à l'Eurovision.

"On adorerait jouer au Hellfest"

Le concours n'est pour eux qu'une étape dans leur parcours, un tremplin. "C'était pour nous une chance de partager notre musique avec un public très large, et montrer qui nous sommes, mais l'Eurovision n'était pas notre but ultime". L'Eurovision leur ainsi donné un sacré coup de pouce. Leur chanson a ainsi dépassé les 100 millions d'écoutes sur Spotify, mi-juin. "Ils ont gagné l'Eurovision, peuvent-ils conquérir le monde", s'interrogeait le New York Times dans un article publié le 16 juin dernier.

Le groupe, qui sera en tournée en 2021 et 2022, avec son deuxième album Teatro d'ira - Vol. I, sorti en mars dernier, se verrait bien sur la scène du Hellfest: "On adorerait y participer, c'est un des plus grands festivals Ce serait tellement cool!", s'enthousiasme Victoria De Angelis.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles