Le mâle de la mante religieuse a une technique pour garder sa tête

Futura avec l'AFP-Relaxnews
·1 min de lecture

L'approche est brutale, mais ils n'ont pas le choix : certains mâles mantes religieuses blessent leur partenaire pour la forcer à s'accoupler, évitant ainsi de se faire trancher la tête avant de convoler, comme certaines femelles en ont la fâcheuse habitude, selon une étude parue mercredi dans la revue Biology Letters. Ces insectes sont connus pour leurs pratiques sexuelles conflictuelles, où il arrive à la femelle de décapiter le mâle avant, pendant ou après l'acte de reproduction, pour mieux le dévorer, et récupérer l'énergie nécessaire à sa future ponte. Ce « cannibalisme sexuel » existe aussi chez certaines araignées où, comme chez la mante, le sexe agresseur est plus grand et plus fort que le sexe agressé.

Vie sexuelle des mantes religieuses : elle le décapite puis se reproduit avec !

Le phénomène est particulièrement répandu chez la mante « Springbok » (Miomantis caffra), vivant notamment en Nouvelle-Zélande : dans 60 % des interactions sexuelles, les malheureux mâles se font consommer avant même d'avoir pu copuler. Au regard de l'évolution, les femelles de cette espèce n'ont nulle raison de freiner leur féroce appétit car elles sont capables d'auto-féconder leurs œufs, et donc de se passer de Monsieur — un mode de reproduction monoparental appelé « parthénogenèse ».

Une équipe de biologistes s'est logiquement demandé comment les mâles pouvaient continuer à exister dans des conditions aussi hostiles. Ils ont récolté des spécimens adultes de Miomantis caffra en Nouvelle-Zélande, pour apparier 52 couples dans des boîtes transparentes pendant 24 heures, afin de suivre de près le déroulé des ébats.

La mante religieuse en train de dévorer le mâle après l'accouplement. © Cardinal classique, Wikimedia Commons, CC by-sa 4.0
La mante religieuse en train de dévorer le mâle après l'accouplement. © Cardinal classique, Wikimedia Commons, CC by-sa 4.0

La stratégie de la « coercition sexuelle »

Résultat : c'est toujours le mâle qui allait au contact, en bondissant sur la femelle. Elle l'agressait en retour, et s'en suivait une bagarre où chaque sexe essayait de dominer l'autre, en l'agrippant avec...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura