Rhône : un patron généreux reverse 1,6 million d'euros à ses salariés

Le PDG a pris cette décision à l’occasion des 25 ans de son entreprise.

A Saint-Fons, dans le Rhône, Jean-Louis Brissaud, PDG de la société Staterre, spécialisée dans la vente d’automobiles a décidé de reverser les bénéfices de l’année 2017 à ses collaborateurs. Chacun d’entre eux devrait recevoir une prime allant de 500 à 35.000 euros, selon leur ancienneté dans l’entreprise.

 


 

“Nos collaborateurs travaillent depuis des semaines, des mois et même des années, pour certains. Ils se sont investis pour fonder et faire fleurir la société. Il est donc tout à fait logique qu’on partage les bénéfices”, explique ce généreux patron dans 20 minutes.

Une entreprise de valeurs

L’entreprise Starterre connait un fort succès. En décembre, elle aura vendu 17.000 véhicules pour l’année 2017, faisant grimper le chiffre d’affaire de 28 % qui devrait atteindre 250 millions d’euros. Pourtant, cette réussite n’ébranle en rien les valeurs de Jean-Louis Brissaud. “Si vous voulez pérenniser une entreprise, il faut savoir faire preuve d’empathie et d’altruisme. Cela n’est pas incompatible avec le fait d’engendrer des bénéfices”, ajoute ce généreux patron.  “Quand on sait partager, on peut emmener ses équipes au bout du monde”…

Des salariés émus

Christophe, l’un de heureux collaborateurs de l’entreprise, n’est pas surpris du geste de son patron .”Le bien-être, c’est quelque chose qui tient au cœur de Jean-Louis Brissaud a-t-il expliqué sur Europe 1. Sofiane, un autre salarié de Starterre témoigne en ce sens : “C’est un patron généreux qui veut partager les fruits de l’entreprise avec tout le personnel. Je suis content !” déclare-t-il alors que sa prime devrait atteindre 10.000 euros. “26.400 euros, je crois. C’est incroyable. J’ai le souffle court, ça me touche énormément. C’est inimaginable. En France, on ferait mieux de prendre des exemples comme ça”, s’émeut Laetitia qui travaille dans l’entreprise depuis 20 ans.

 

Lire aussi : 

Salaires des grands patrons : des polémiques récurrentes