Lyon : ce que l'on sait de l'attaque d'un prêtre orthodoxe, grièvement blessé par balles

franceinfo
·1 min de lecture

Un prêtre orthodoxe grec a été gravement blessé par balles dans l'après-midi du samedi 31 octobre, à Lyon. Un suspect a été arrêté et une enquête pour "tentative d'assassinat" est ouverte, mais le parquet anti-terroriste n'est pas saisi pour l'instant. Alors que la France est encore sous le choc de l'attentat islamiste de Nice, la piste d'un conflit privé est étudiée, parmi d'autres. Voici ce que l'on sait de cette attaque.

Attaqué alors qu'il fermait son église

Le prêtre orthodoxe, Nicolas Kakavelakis, a été attaqué par un homme seul dans l'après-midi du samedi 31 octobre, à Lyon, alors qu'il fermait son église. Agé de 52 ans, visé par deux coups de feu, il a été atteint "au foie et à bout touchant". Il se trouve dans un état grave et a été hospitalisé. L'arme, un fusil à canon scié, n'a pas été retrouvée.

L’attaque a eu lieu dans le quartier Jean-Macé, dans le 7e arrondissement de Lyon. L'église orthodoxe grecque de l'Annonciation est un gracieux édifice entouré d'immeubles de bon standing dans un quartier résidentiel réputé tranquille. Le prêtre de 52 ans était apprécié. "Il courait toute la journée pour trouver du travail aux Grecs qui arrivaient", explique à franceinfo un homme qui fréquente l'église orthodoxe. "C'est quelqu'un d'enjoué, toujours volontaire et dynamique, indique une femme émue. Je suis passée par franchement des moments difficiles, il me disait : 'T'inquiète pas, tu t'en (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi