Lyon : l'enquête se poursuit sur l'agression d'un prêtre orthodoxe, blessé par balle

Samedi 31 octobre, à 16 heures, au moment de fermer les portes de l'église grecque orthodoxe dans laquelle il officie depuis quinze ans, le prêtre Nikolaos Kakavelakis a été blessé par balle. Après avoir tiré deux coups de fusil dans le 7e arrondissement de Lyon (Rhône), l'assaillant a pris la fuite. Quand les policiers municipaux arrivent sur place, la victime est entre la vie et la mort, atteinte au foie à bout touchant. En début de soirée, le pronostic vital du prêtre de 52 ans est toujours engagé. "Pour l'heure, on ne peut parler que d'agression" À ce stade de l'enquête, aucune piste n'est privilégiée ni écartée concernant les motivations de l'assaillant, encore en fuite. "Pour l'heure, on ne peut parler que d'agression", indique le journaliste Étienne Prigent, en direct de Lyon. Il précise notamment que le prêtre Nikolaos Kakavelakis aurait des conflits en cours. "Il peut s'agir d'un règlement de comptes, le parquet antiterroriste, d'ailleurs, n'a pas été saisi pour le moment", précise le journaliste.