Lyon : Jugés pour violences volontaires, deux policiers de la BAC font preuve de zèle à la barre du tribunal

ROMAIN DOUCELIN

PROCeS - Jeudi, le procureur du tribunal correctionnel de Lyon a requis dix mois de prison avec sursis à l’encontre de deux policiers de la BAC jugés pour avoir tabassé un jeune homme à la fin d’une manifestation contre la réforme des retraites

« Ce qu’il s’est passé est totalement anormal ». Jeudi, le procureur de la République du tribunal correctionnel de Lyon a demandé dix mois de prison avec sursis à l’encontre de deux policiers de la BAC poursuivis pour avoir tabassé un jeune homme de 23 ans, à la fin d’une manifestation contre la réforme des retraites en décembre 2019. Des réquisitions relativement clémentes en comparaison de la sévérité des propos du magistrat.

« Une interpellation n’est pas synonyme de matraquage », tance l’homme de loi, debout derrière son pupitre. Ce 10 décembre, Arthur Naciri n’avait d’ailleurs aucune raison d’être interpellé, rappelle-t-il pour faire vaciller les pions avancés par la défense. « Il n’est ni un délinquant, ni un criminel. Il n’était pas un casseur, il n’était pas un manifestant, argumente le procureur. Il déambule seul, il se dirige vers la sortie. »

« Des dégâts incommensurables, une bouche broyée »

Sur les images vidéo projetées à l’audience, le jeune homme, qui s’était greffé « par hasard » au cortège, marche paisiblement, sac sur le dos et mains dans les poches. Il passe à côté d’un cordon de policiers situé près du kiosque de place Bell(...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Chantage à la sextape à Saint-Etienne : Gaël Perdriau se met en congés de ses fonctions à la métropole
Vénissieux : Un homme tué par balles, le tireur en fuite
Lyon : Accusées d’avoir falsifié la fiche d’un détenu pour le garder en prison, deux magistrates seront-elles relaxées ?