Lyon : Jarod Winston, le « docteur » des lapins qui sauve les mammifères en détresse

·1 min de lecture

ANIMAUX - Ce Lyonnais, passionné de lapins, s’est spécialisé dans le sauvetage des petits mammifères en détresse ou mal traités

A notre arrivée dans le salon, Sulli, adorable boule de poils, se dresse sur ses pattes arrière, levant son nez remuant à la recherche d’une caresse. « Il veut avoir sa dose de câlin et de jeu », glisse malicieusement Jarod Winston, invitant le petit lapin à grimper sur ses genoux. Ce Lyonnais, qui réside dans le quartier de la Croix-Rousse, est affectueusement surnommé « Le Monsieur Lapin » ou « Le Docteur des lapins » par la communauté qui le suit. Il compte 12.000 abonnés à sa page Facebook « Quoi de neuf docteur ? ».

Mais l’homme n’est pas vétérinaire, précise-t-il d’emblée. Seulement un passionné qui a passé des années à se documenter sur ses animaux préférés, et qui ne compte plus les heures à construire des fauteuils roulant pour les petites bêtes handicapées ou des « châteaux » leur servant de maison. « Je suis gérant d’une entreprise de bois qui rénove des parquets mais il est vrai que je consacre presque plus de temps aux lapins », répond-il en souriant. Des nuits entières, parfois.

Gustave, Courgette, Forrest et cie

Incollable sur le sujet, Jarod est désormais celui que l’on appelle des quatre coins de la France pour sauver les petits mammifères en détresse. « Il m’arrive parfois d’être réveillé à 2 heures et de faire 200 kilomètres pour (...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Limousin : Gandhi, une éléphante de cirque, première pensionnaire à intégrer une «maison de retraite»
Antibes : Marineland et One Voice s’opposent sur l’état de santé de l’orque Moana
Côtes-d’Armor : Les curieux animaux échoués sur les plages de Paimpol seraient des vélelles

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles