A Lyon, la fièvre monte avant la finale de l'OM

Libération.fr
A Lyon, ce mercredi.

La finale OM-Atlético au parc OL a comme un goût amer pour les Gones. Un dispositif de sécurité exceptionnel a été mis en place pour éviter toutes échauffourées.

En tribune Nord, les supporters de l’Atlético Madrid. Au Sud, les Marseillais. Tout autour, plus de mille stadiers sont au garde-à-vous pour la finale de l’Europa League ce mercredi soir, au Parc OL à Décines. A la tension d’un tel match s’ajoute la vieille rivalité de nouveau exacerbée entre l’Olympique lyonnais, l’hôte contrarié de cette finale, et les Phocéens, notamment par les polémiques entre leurs présidents respectifs, Jean-Michel Aulas et Jacques-Henri Eyraud. Pour accueillir la masse des 11 500 supporters de l’Atlético et 11 500 fans marseillais, un «dispositif de sécurité exceptionnel» a donc été mis en place, «calqué sur celui de l’Euro 2016», a annoncé le préfet du Rhône, Stéphane Bouillon. Après les incidents violents lors de la rencontre opposant l’OL au club stambouliote du Besiktas en 2017, «les leçons ont été tirées», assure-t-on du côté de la préfecture.

«On surveille, on surveille»

Place Bellecour, au centre de Lyon, l’UEFA a tout de même mis en place quelques animations avant la rencontre. Ambiance kermesse. Sur la scène centrale, les enceintes crachent du gros son. Les maillots rouges espagnols sont les plus nombreux ; les Marseillais ayant été invités à se rendre directement au stade. Au moment d’écrire ces lignes, aucun incident n’est à déplorer dans l’après-midi. Dans la foule, un groupe d’adolescents lyonnais vient provoquer malicieusement. «Les ultras lyonnais vont arriver», lancent-ils avec leur drapeau de l’OL tendu. Un des rares supporters marseillais présents les interpelle. Aussitôt, quatre jeunes, tout de noir vêtus, font irruption et jouent les gros bras. «On surveille, on surveille», s’enorgueillit l’un d’eux, crâne rasé.

Tout autour, des fourgons de policiers sont en alerte pour repérer les Bad Gones et les supporteurs lyonnais proches de groupuscules d’extrême droite (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Greenpeace : «EDF devrait nous remercier pour cet audit gratuit de ses centrales»
Bygmalion: Nicolas Sarkozy conteste son renvoi au tribunal, décision le 20 septembre
La CGT va manifester le 26 mai aux côtés de La France insoumise
Abus de confiance: le sénateur LREM Robert Navarro se pourvoit en cassation
Les leçons manquées de l'affaire Gregory

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages