Lyon : Une enquête alerte sur les polluants non dégradables qui contaminent Pierre-Bénite

PASCAL GEORGE / AFP

POLLUTION - Dans une enquête diffusée ce jeudi dans « Envoyé spécial », le journaliste d’investigation Martin Boudot révèle la contamination de Pierre-Bénite (Rhône) aux perfluorés. Ce polluant non dégradable est déjà présent dans le corps de la quasi-totalité de la population française

A Pierre-Bénite, c’est bien simple, il y en a partout. Dans l’eau, dans l’air, dans la terre. Les perfluorés, ou PFAS, se retrouvent jusque dans le lait maternel. Pire : ces polluants chimiques ont la particularité d’être « éternels », c’est-à-dire qu’ils ne se dégradent pas. Alors, plus on en produit, plus on en rajoute. Le corps humain, lui aussi, les accumule.

Martin Boudot, journaliste d’investigation, a enquêté sur les perfluorés à Pierre-Bénite pour Envoyé Spécial (France 2). Deux jours avant la diffusion de son reportage, il a présenté ce mardi soir ses résultats à la Maison de l’Environnement de Lyon. « Je ne m’attendais pas à des taux aussi élevés, surtout au niveau du stade, là où les gamins jouent », reconnaît-il.

Des substances présentes dans la vie quotidienne

Voilà longtemps que Martin Boudot étudie les perfluorés, et les scandales qu’ils ont déjà provoqués en Belgique, en Hollande, en Italie. « Et en France ? » s’est-il demandé. « J’ai cherché les entreprises qui utilisaient les perfluorés, grâce à des publications scientifiques, et deux hotspots sont apparus : l’un(...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Interpol : Le président de l’organisation visé par une information judiciaire pour « complicité de torture »
Lyon : Un mort et trois blessés dans une fusillade
Législatives 2022 à Vénissieux : LFI remplace Taha Bouhafs par un adjoint de Michèle Picard, la maire PCF dissidente

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles