À Lyon, des «Dalton» en demi-teinte condamnés pour un rodéo avorté

·1 min de lecture

Les images de leurs rodéos dans Lyon avaient fait le tour des réseaux sociaux. Les trois "Dalton" ont été condamnés ce vendredi à Lyon à de la prison ferme ou avec sursis pour un rodéo motorisé. Mais leur profil n'a rien à voir celui des bandits de grand chemin, même en caricature.

>> LIRE AUSSI - Lyon : un deuxième «Dalton» en garde à vue après des tirs de mortier sur la police

Des profils très jeunes

Deux d'entre eux ont 19 ans, le troisième 20 ans. Ils vivent chez leurs parents. L'un vient de décrocher un CDI de mécanicien, un autre fait de l'intérim dans la manutention, le dernier est en recherche d'emploi. Un seul a un casier judiciaire, pour des délits routiers. "Ce ne sont pas des délinquants d'envergure", relève d'emblée Samir Dris, un de leurs avocats, appelant le tribunal à s'affranchir de "l'effervescence" qui entoure l'affaire.

Le 23 octobre, les trois ont été interpellés dans une zone commerciale de Bron, en banlieue de Lyon, alors qu'ils participaient à un rodéo à moto ou scooter au milieu de la circulation automobile. "Monsieur le Maire, on arrive": l'événement avait été annoncé sur le compte Instagram d'un collectif de rappeurs lyonnais, les "Dalton", qui multiplie les provocations depuis qu'un de ses membres a été incarcéré, fin août, pour de précédents rodéos.

Objectif : aller pétarader dans le centre de Lyon en se filmant. D'autres l'ont déjà fait une semaine plus tôt, place Bellecour, au cœur de la ville. Mais la préfecture, cette fois, mobilise des d...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles