Lyon, Bordeaux, Strasbourg et plusieurs grandes villes passent à EELV : on vous explique la vague verte

Leurs scores étaient déjà historiques au premier tour, soit avant la crise sanitaire. Les écologistes ont confirmé ce dimanche soir et apparaissent comme les grands vainqueurs de ce scrutin municipal. Partout où ils étaient donnés parmi les favoris, ils dirigeront la ville pour les six prochaines années. Avec quelques victoires fortes et symboliques : c'est le cas à Lyon où l'écologiste Grégory Doucet l'emporte dans le bastion de Gérard Collomb, dont le candidat Yann Cucherat avait fait alliance - décriée par son propre parti, LREM - avec la droite. Idem pour son binôme Bruno Bernard qui revendique sa victoire à la métropole lyonnaise. 

Ou encore à Bordeaux où Pierre Hurmic bat le maire sortant Nicolas Florian, allié avec Thomas Cazenave (LREM). La cité d'Alain Juppé était à droite depuis plus de 70 ans. 

Sans oublier la possible élection de Michèle Rubirola à Marseille où on attend encore les résultats définitifs ce dimanche soir. Si tel était le cas, pour la première fois dans l'histoire de la Ve République, les trois plus grandes villes de France - à savoir Paris (Anne Hidalgo en alliance avec les écologistes), Marseille et Lyon - seraient aux mains de la gauche. 

Lire aussi - Municipales : quel avenir pour Edouard Philippe après sa large victoire au Havre?

"C'est le moment d'une écologie en action"

"C'est un tournant politique, Il y aura un avant et un après. C'est le moment d'une écologie en action", a réagi Yannick Jadot sur France 2. "Dans cette campagne, on a vu une inc...


Lire la suite sur LeJDD