Lynx, chauves-souris, rongeurs... L'urbanisation rend les mammifères plus grands et plus gros

·1 min de lecture

Selon une étude, l'urbanisation fait grandir et grossir de nombreuses espèces de mammifères : un phénomène contraire à celui de la hausse des températures qui ont tendance à favoriser la réduction en taille des animaux.

L'urbanisation fait indirectement grossir et grandir plusieurs espèces de mammifères. C'est la conclusion d'une étude publiée le 16 août 2021 dans la revue .

Plus de 140.000 relevés de taille et de poids

Si le réchauffement climatique pourrait jouer sur la réduction de la taille des animaux - un principe connu sous le nom de règle de Bergmann - les effets d'autres perturbations anthropiques telle que l'urbanisation sont moins connus. Pourtant les biologistes supposent déjà que même si "l'urbanisation peut augmenter le potentiel de nouveaux conflits et de prédation d'origine humaine, ces nouveaux environnements peuvent également entraîner une diminution du taux de prédation et une augmentation des ressources alimentaires". Moins de dangers et plus de nourriture : l'urbanisation pourrait-elle accélérer la taille et le poids des animaux ?

D'un autre côté, "en raison de l'activité humaine et des infrastructures construites, les villes sont généralement plus chaudes que les zones environnantes, un phénomène connu sous le nom d'effet d'îlot de chaleur urbain, souligne l'étude. Les animaux vivant dans des îlots urbains plus chauds devraient être plus petits d'après la tendance générale des espèces à diminuer en taille avec l'augmentation de la température" (la règle de Bergmann, donc). Pour trancher entre augmentation et diminution de la taille, les chercheurs ont compilé les données concernant plus de 100 espèces de mammifères (loups, lynx, chauves-souris, rongeurs...), récupérant ainsi les informations de plus de 140.000 relevés de tailles et de poids d'animaux grâce à des collections de musées ou à des travaux sur le terrain. Ils ont couplé ces données avec d'autres concernant le climat et la densité de population, un indicateur de l'urbanisation.

Des animaux plus grands et plus lourds

Les chercheurs ont découvert que "le principal effet de l'urbanisation accrue était une plus grande taille corporelle, compatible avec les mammifères bénéficiant de ressources alimentaire[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles