"Lynchage de Yuriy : il y a la 'bonne' et la 'mauvaise' victime, c'est selon le profil des agresseurs"

·1 min de lecture

"Si le cas de Yuriy a été médiatisé, c’est parce que les images terribles se sont imposées à tout le monde, et qu’il devenait impossible de les ignorer", affirme à propos de "l'affaire Yuriy" Nathalie Bianco, militante laïque et auteure des livres "Les printemps" et "Les courants d'air".

La vidéo qui circule est en noir et blanc. J’ai cliqué, je n’aurai pas dû. C’est insoutenable pour peu qu’on ait un peu d’humanité. J’y ai vu les images d’un jeune garçon en train de se faire rouer de coups par une dizaine de silhouettes. Il est à terre. Les agresseurs l’encerclent, le frappent, parfois, ils font une pause et quand leur victime semble bouger, l’un d’eux revient à la charge, d’un coup de pied à la tête. Ces images me hantent. Le gamin au sol a quinze ans. Il se trouvait en compagnie de quatre autres collégiens sur la dalle Beaugrenelle, dans le 15e, quartier plutôt tranquille normalement. Il a été attaqué par une bande qui venait de Vanves.J’ai aussi vu la photo du garçon " avant ".Une bonne tête, un sourire malicieux, le regard franc et confiant d’un jeune garçon qui vient tout juste d’avoir quinze ans." L’affaire Yuriy " date du 15 janvier mais elle commence juste à être médiatisée, en grande partie parce que la vidéo a beaucoup circulé sur les réseaux sociaux et que des anonymes s’en sont émus. Sans cela, il est probable que ce drame aurait eu un traitement aussi discret et furtif que celui de Lionel, 16 ans, tués par balles lors d’une fusillade dans le quartier...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

"Moduler les indemnités chômage en fonction de la conjoncture économique : une fausse bonne idée ?"

Allonger les délais entre les doses, interchanger les vaccins : une bonne idée ?

Nokia, Bridgestone, faillites : l'agenda 2021 des mauvaises nouvelles

Animaux revenus, nouvelles espèces découvertes : cinq bonnes nouvelles pour l’environnement en 2020

Jean-Luc Nancy : "Nos mauvaises habitudes de penser brouillent la saveur du présent"