Lycées ouverts : "Il n'y a pas de pilote dans l'avion", selon Nageate Belahcen

Un temps envisagée, la piste menant à une fermeture des lycées a été abandonnée par le gouvernement. Jean-Michel Blanquer l'a affirmé jeudi 12 novembre : ces établissements resteront ouverts et pourront, à la discrétion des proviseurs, mettre en place des cours à distance. "Nous sommes plutôt contents que les lycées ne ferment pas", concède d'abord Nageate Belahcen, vice-présidente de la FCPE (Fédération des conseils de parents d'élèves) nationale. "En revanche, nous avons l'impression qu'il n'y a pas de pilote dans l'avion. La réalité, c'est que certains lycéens vont malgré tout se retrouver seuls à la maison, confinés, sans moyen de suivre les cours correctement." Réquisitionner des salles municipales ? Entre les classes bondées et le réfectoire qui ne désemplit pas à la mi-journée, la distanciation sociale est pourtant difficilement applicable dans les lycées. "Nous préconisons la réquisition de salles municipales pour pouvoir accueillir des demi-groupes, propose Nageate Belahcen. Il paraît indispensable d'alléger les effectifs et d'engager des enseignants à même d'encadrer ces jeunes." La situation hybride avancée par le gouvernement (mélange de cours à distance et en présentiel) ne fait donc pas l'unanimité.