Lycéens pris de malaises et de convulsions dans le Jura : un médecin explique le "syndrome psychogène collectif"

Guillemette Jeannot

Ils étaient quatre-vingt-dix élèves du collège Pierre-Hyacinthe Caseaux, à Morbier (Jura), à s'élancer dans la course, le 3 octobre dernier. Soudain, dix-sept d'entre eux ont ressenti des douleurs, pris de convulsions et de malaises, après avoir bu à un stand de ravitaillement. Face à l'ampleur de la crise, le cabinet du préfet a activé le dispositif Orsec (Organisation de la réponse de sécurité civile). Cinq collégiennes ont été hospitalisées, dont une avec un pronostic vital engagé. Elle est sortie de l'hôpital quelques jours plus tard.

Une enquête pour "blessures involontaires" a été ouverte et, trois mois plus tard, le 13 janvier, l'affaire a été classée sans suite par le parquet de Lons-le-Saulnier. La piste d'un agent toxique dans les boissons distribuées lors du cross écartée, le procureur a indiqué que les malaises ont été "consécutifs à un syndrome psychogène collectif." Un phénomène sur lequel franceinfo a interrogé Stéphane Erouart, médecin de santé à l'Agence régionale de santé (ARS) de Normandie. Il a notamment corédigé une étude sur le syndrome collectif inexpliqué, pour l'Institut de veille sanitaire (INVS).

Franceinfo : Qu'est ce qu'un syndrome psychogène collectif ?

Stéphane Erouart : Initialement, on nommait ce phénomène le "syndrome collectif inexpliqué". Aujourd'hui, (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi