Lutte contre le terrorisme : "le plus important, c'est de gagner la guerre du temps", affirme l'ancien patron du GIGN

Le 13 novembre 2015, ce sont le GIGN (Groupe d'intervention de la gendarmerie nationale) et la BRI (Brigade rapide d'intervention) qui ont neutralisé les responsables des attentats ayant coûté la vie à 137 personnes. "Le plus important, c'est de gagner la guerre du temps, explique Thierry Orosco, ancien patron du GIGN. Notre objectif, c'est d'être en face du terroriste le plus rapidement possible afin de faire cesser le massacre. Mais je remarque que la menace évolue autant que la réponse qu'on peut y apporter, car à Nice, ce sont des policiers municipaux qui ont mis l'assaillant hors d'état de nuire." Sauver des vies, "un moteur incroyable" Thierry Orosco a co-écrit GIGN-RAID - Deux patrons face aux nouvelles menaces (Mareuil Éditions, 2020) avec Jean-Michel Fauvergue, ancien chef du Raid (Recherche, assistance, intervention, dissuasion). Deux unités spéciales dont les membres sont prêts à risquer leur vie pour sauver celle d'autrui. "C'est tout le sens de l'engagement dans ces unités, avoue-t-il. Avoir comme objectif de faire le bien, à savoir sauver des vies, c'est un moteur incroyable qui nous fait aller jusqu'au bout de nous-mêmes. Nos hommes sont transcendés par le collectif."