La lutte contre le sida mise à mal par la pandémie de Covid-19

·1 min de lecture
Un centre de prévention à Paris.
Un centre de prévention à Paris.

Le 5 juin 1981, il y a 40 ans jour pour jour, les États-Unis recensaient le premier cas de sida. S'ensuivent 20 ans de pandémie difficile à contrôler. À la fin des années 1990, l'Onusida estime qu'environ 20 millions de personnes vivent avec cette maladie. Il faut attendre l'année 2000 pour que les nouvelles contaminations à l'échelle mondiale commencent à décliner, passant de 2,8 millions de nouveaux cas en 1999 à 1,7 million en 2019. Des résultats encourageants, mais bien en dessous des objectifs fixés par l'Onusida dans l'optique de mettre fin à l'épidémie d'ici à 2030. L'institution avait fixé une limite de 500 000 nouvelles contaminations en 2019 pour y parvenir. Une amélioration insuffisante que la pandémie risque d'ébranler.

Les chiffres de Santé publique France sont alarmants : le nombre de tests de dépistages du VIH a baissé de 10 % pendant le premier confinement, soit 50 000 tests de moins qu'en 2019. De même, le nombre de primo-prescriptions à la PrEP (pour prophylaxie pré-exposition, un comprimé qui permet d'éviter d'être contaminé par le VIH y compris sans protection) a chuté de 80 % pendant cette période. Une baisse constatée également par les associations de lutte contre le sida.

https://public.flourish.studio/visualisation/6311396/

Moins d'interactions sexuelles

Le recours à la PrEP nécessitait jusqu'ici la prise de deux rendez-vous avec un virologue ou un infectiologue dans un hôpital spécialisé avant de pouvoir en bénéficier. Or, penda [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles