Réchauffement : le joker méthane

·2 min de lecture

Lutter contre les émissions de ce gaz à effet de serre permettrait d’éviter une augmentation de 0,3°C des températures mondiales. Une opportunité à saisir grâce aux nouveaux outils satellitaires de détection des fuites.

Un remède puissant, efficace et peu cher ! La lutte contre le changement climatique devrait intégrer une nouvelle arme lors de la COP26 qui s'ouvre en novembre à Glasgow (Royaume-Uni) : la diminution des émissions de méthane. Jusqu'à présent en effet, rien de sérieux n'a été entrepris pour réduire les émissions du deuxième gaz à effet de serre en volume derrière le dioxyde de carbone (CO2). C'est que les scientifiques peinaient à établir une carte précise des émissions. Or depuis un an, ils ont mis à disposition des outils pour les détecter aussi bien autour des grandes sources comme les puits de pétrole et de gaz, que de celles plus petites telles les chaudières des habitations. "La COP26 marquera le vrai début de la lutte contre les émissions de méthane ", prévient Alok Sharma, le président britannique de cette prochaine négociation climat.

Un véritable joker ; en effet, dans un rapport remis début mai à l'ONU, la "coalition pour un air propre et pour le climat" un partenariat entre gouvernements, entreprises, ONG et instituts scientifiques du monde entier assure que tous les secteurs émettant du méthane disposent d'ores et déjà de solutions techniques pour éviter d'ici à 2030 le relargage de 120 millions de tonnes de méthane, soit plus d'un tiers des émissions anthropiques ! Et ce, sans efforts conséquents, sans investissements onéreux voire en dégageant parfois des profits. Avec une action plus volontariste mais sans obstacle insurmontable, l'émission d'encore 60 millions de tonnes supplémentaires pourrait être évitée. En résumé, la courbe du méthane peut facilement être infléchie de plus de 50 % en moins de dix ans. De quoi éviter une augmentation de 0,3 °C des températures mondiales. Un énorme coup de pouce pour tenir l'engagement de la communauté internationale dans l'accord de Paris à limiter la hausse à 1,5 °C par rapport au niveau pré-industriel, sachant que les températures ont déjà augmenté de 1,1 °C.

Un effet aussi rapide résulte des caractéristiques mê[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles