Lutte contre le paludisme : au Cameroun, un pesticide contre la transmission de la maladie

·2 min de lecture

Au Cameroun, une chercheuse, Antoinette Ntoumba, a mis au point un pesticide 100 % bio pour combattre les larves des moustiques responsables de la transmission du paludisme. Les correspondants de France 24 sont allés à sa rencontre.

Et en attendant d'avoir un vaccin, une invention camerounaise pourrait venir prêter main forte à la lutte contre le paludisme. Une chercheuse a mis au point un pesticide 100 % bio pour combattre les larves des moustiques, responsables de la transmission de la maladie. Elle s'appelle Antoinette Ntoumba, elle a 41 ans et développe ses insecticides à partir de plantes locales.

Depuis sept ans, cette parasitologue fait des recherches sur des nanoparticules pour montrer l'efficacité de plantes face au paludisme. Antoinette Ntoumba développe des insecticides bio contre les larves de moustiques, vecteurs de la maladie. Une méthode novatrice face à des moustiques de plus en plus résistants aux insecticides chimiques.

"Ce que nous proposons, c'est vraiment de combattre cet aspect de résistance. Surtout proposer un produit naturel à moindre coût", explique la chercheuse.

Antoinette Ntoumba a réussi a développer la formule de son pesticide avec sa petite équipe dans un laboratoire de la faculté des sciences de l'université de Douala. Une formule qui lui a permis d'être récompensée en 2020 par l'Unesco pour son procédé novateur dans la lutte contre le paludisme.

"Ce produit est très efficace. On l'utilise déjà dans nos quartiers, dans nos maisons" affirme-t-elle. "Il faut qu'on ait un protocole bien élaboré et structuré. Si on le répand vous allez voir qu'on va vraiment diminuer le nombre des moustiques et si on diminue le nombre de moustiques on aura diminué le nombre de personnes qui vont à l'hôpital pour le paludisme".

Mais pour obtenir de nouveaux résultats, Antoinette Ntoumba devra produire son insecticide à grande échelle. Un défi, car au Cameroun, le peu de moyens accordés aux chercheurs comme elle, ne leur permettent pas toujours d'atteindre rapidement leurs objectifs.