Lutte contre l'infox : le journalisme est "un paysage un peu plus guerrier qu'avant"

franceinfo

Les fake news répandent leurs contre-vérités depuis quelques années sur la toile et les réseaux sociaux, misant sur la crédulité du public et une certaine avidité pour "l'outrancier". Confrontés à une remise en question nécessaire, les médias traditionnels se sont mis à développer des outils pour rassurer sur la déontologie du métier et reconquérir la confiance du public. Invités à participer à la seconde édition de Médias en Seine, mardi 8 octobre à la Maison de la radio, Melissa Bell, correspondante de CNN à Paris, Bruno Patino, journaliste, directeur éditorial d'Arte France, auteur de "La civilisation du poisson rouge", directeur de l'école de journalisme de Sciences po, ainsi qu'Antoine Krempf, chef de la cellule Le Vrai du Faux de franceinfo, livrent leur analyse de cette nécessaire adaptation du métier.


Les fake news, ou infox, nécessitent-elles un travail particulier des journalistes ?



"Le contexte du métier a changé", explique Bruno Patino d'Arte France. "Maintenant, on vit tous sur les réseaux sociaux dans un univers où se mélangent trois types de messages : l'information, l'influence et la conversation. Quand ces trois types de messages se mélangent, forcément il y a du vrai, il y a du faux, forcément il y a de l'outrancier et il y a du raisonnable". Faire la part (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi