Lutte contre l'immigration... et le CO2: le gouvernement autrichien affiche ses objectifs

LUTTE CONTRE L'IMMIGRATION... ET LE CO2: LE GOUVERNEMENT AUTRICHIEN AFFICHE SES OBJECTIFS

VIENNE (Reuters) - L'accord de gouvernement conclu en Autriche entre les conservateurs (ÖVP) et les écologistes prévoit d'élargir l'interdiction du port du foulard islamique à l'école, d'enfermer préventivement les individus jugés dangereux pour la société ou de rendre un peu plus chers les voyages en avion.

"Beaucoup de turquoise et un peu de vert", résume le tabloïd Kronen Zeitung, en référence aux couleurs des deux partis qui ont présenté jeudi les détails de leur accord annoncé la veille, lequel réunit, selon les mots du chancelier conservateur Sebastian Kurz, le "meilleur des deux mondes".

Sebastian Kurz avait formé sa précédente coalition fin 2017 avec le Parti de la liberté (FPÖ, extrême droite) et continue d'afficher une ligne dure "contre l'immigration clandestine et l'islam politique" afin de donner des gages à la base de son électorat et aux déçus du FPÖ, qui a été contraint de quitter le gouvernement à la suite du scandale de corruption de l'"Ibizagate" en mai dernier.

L'accord conclu entre Sebastian Kurz et le chef des Verts Werner Kogler prévoit ainsi d'interdire le port du foulard islamique à l'école jusqu'à l'âge de 14 ans, et non plus 10 ans comme l'avait précédemment imposé l'alliance ÖVP-FPÖ.

Il remet également sur la table un projet de détention préventive pour les individus jugés potentiellement dangereux, même s'ils n'ont pas commis d'infraction. L'idée avait été lancée en février dernier par le premier gouvernement Kurz à la suite d'une agression mortelle commise par un demandeur d'asile.

De telles mesures seront sans doute difficiles à accepter pour une partie des électeurs écologistes.

Pour entrer en vigueur, le programme doit encore être validé samedi par le Conseil fédéral des Verts, mais peu d'observateurs s'attendent à un rejet, même si l'immigration et la sécurité devraient rester des points de friction constants au sein de la coalition.

Les écologistes ont obtenu de leur côté des mesures pour relever le coût des biens et services à forte empreinte carbone.

La taxe sur les vols vers l'étranger, qui s'échelonne pour l'instant de 3,50 à 17,50 euros par passager, sera remplacée par une taxe unique à 12 euros. La taxe routière pour les poids lourds sera relevée pour les véhicules les plus polluants.

"Prendre l'avion sera légèrement mais tout de même plus onéreux", a déclaré Werner Kogler. "A moyen terme également, le train deviendra moins cher."

Le nouveau gouvernement autrichien réaffirme également des objectifs déjà fixés par la précédente coalition, comme la baisse de 25 à 21% de l'impôt sur les sociétés, ou la production de 100% de l'électricité du pays grâce aux énergies renouvelables d'ici 2030.


(Francois Murphy, version française Jean-Stéphane Brosse)