Lutte contre les fuites d’eau potable : des techniciens à l’écoute des canalisations

L’eau potable est une ressource précieuse. Les sécheresses de ces dernières années ont déjà occasionné des tensions sur l’approvisionnement, comme en Provence, où des camions citernes ont parfois acheminé cet or bleu à des communes en manque d’eau.

Depuis quelques années, conscientes de cet enjeu, les collectivités redoublent de vigilance pour optimiser leur rendement en eau potable . C’est le cas du Syndicat des eaux d’Île-de-France, le Sedif, qui a confié l’exploitation de son réseau à Veolia. Il y a cinq ans, 1200 kilomètres de canalisations étaient "écoutées" chaque année par des techniciens pour détecter les fuites. Aujourd’hui, cette recherche s’est étendue à 2400 km par an, soit le double.

Ce jeudi matin, Abdellah Akalmous, technicien en recherche de fuites, sillonne les rues d’Antony, en banlieue parisienne. Casque aux oreilles, il dévisse une à une les trappes du trottoir.

"Je fais descendre mon capteur acoustique via la trappe ouverte", décrit-il. Il est doté d’un aimant donc ça me permet d'avoir un bon contact avec la conduite", précise Abdellah Akalmous.

>> Retrouvez Europe Matin en replay et en podcast ici

Ecouter le bruit de l'eau pour localiser la fuite

Une fois le micro posé, et son enregistreur allumé, Abdellah écoute et analyse, dans son casque, le bruit de l’eau… "Ici j'ai un bruit de tirage, ce sont des bruits de consommation d'eau , de quelqu’un qui fait écouler l’eau de son robinet par exemple", explique-t-il.

Ce technicien de Veolia sait distinguer ...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles