La lutte contre les fémincides est «une question de temps», insiste Moreno

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Depuis ce début d'année, trois femmes ont été tuées en une semaine par leur conjoint ou ex-conjoint. Pour Élisabeth Moreno, ministre chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes, "les moyens aujourd'hui sont en place, c'est une question de temps" pour qu'ils soient effectifs, disait-elle au micro d'Europe 1.

"C'est un début d'année absolument tragique pour les femmes", se désole Élisabeth Moreno. En l'espace d'une semaine, alors que l'année 2022 démarre à peine, trois femmes ont été tuées par leur conjoint ou ex-conjoint. "Le premier janvier, nous avons trois femmes qui ont été assassinées", ajoute Élisabeth Moreno, invitée d'Europe 1 ce samedi matin. Sur l'année 2021, le nombre de féminicide s'élève à 113.

>> Retrouvez la matinale week-end d’Europe 1 et de Cnews en podcast et en replay ici

Une "question de temps"

"C'est terrible quand on voit tout le travail qui a été fait ses cinq dernières années." Pourtant, pour les associations féministes, le gouvernement n'a pas mis les moyens nécessaires pour éviter ces drames. Mais pour la ministre, c'est "une question de temps" et non de moyens.

"Nous travaillons à corps perdu sur ce sujet depuis cinq ans. Il y a presque 50 mesures qui ont été mises en place, que ce soit pour protéger les victimes, pour mieux prendre en compte leur parole ou les mettre à l'abri. Et puis, pour éviter aussi le passage à l'acte et la récidive de ces auteurs", précise-t-elle avant d'ajouter que "jamais un gouvernement n'avait autant pris ce sujet à bras-le-corps". 

>> LIRE AUSSI -Féminicide de Mérignac : six policiers entendus en conseil de discipline

"Elles ne sont pas seules"

Financièrement aussi, l’exécutif a investi. Si cela reste insuffisant pour les associations, la ministre regrette que les mesures prises n'aillent pas assez vite mais p...

Lire la suite sur Europe1

VIDÉO - Féminicides en France : les institutions en faute ?

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles