La lutte contre les emballages gagne le secteur du cosmétique bio

À Natexpo, le salon des professionnels du bio et du naturel, la lutte contre les emballages et les déchets est importante et la tendance gagne le secteur de l’hygiène corporelle et des cosmétiques.

Avec notre envoyée spéciale à Villepinte, Marie Casadebaig

Dans les allées du salon Natexpo, on trouve tout le nécessaire pour relever le défi pour avoir des placards de salle de bain sans plastique ou presque. Des produits avec un minimum d’emballage, souvent en carton, comme le shampooing fabriqué et vendu par écoconseil, une marque française vendue par Éva Péricou : « Cela ressemble à un savon. Donc, on frotte tout simplement sur nos cheveux. On a à peu près le même système que pour le shampooing solide, on a un savon à barbe qu’on utilise tout simplement avec un blaireau ». Dans la salle de bain écologique, les cotons-tiges jetables ont disparu au profit d’un bâtonnet réutilisable. Les cotons démaquillants aussi : « On a des lingettes réutilisables, c’est-à-dire lavables ».

►À écouter aussi : Chronique des Matières Premières - La consigne des emballages, une erreur selon les entreprises du recyclage

Sur le stand d’à côté, la brosse à dents est en bambou et le dentifrice se croque. Isabelle Hausterman est responsable commerciale de The Humble Co, une marque suédoise :« C’est comme un chewing-gum. On mâche et du coup, ça fait une pâte, comme une pâte de dentifrice et l'on se brosse les dents ».

60 % d’eau dans les shampooings en flacon

Plus de tubes donc, mais plus d’eau non plus dans la composition de ce dentifrice. C’est une tendance dans le secteur des produits écologiques. Après le zéro déchet, les produits sans eau : « On utilise moins d’eau en fabrication. On n’a pas besoin de flacons en plastique pour contenir le produit, donc c’est meilleur pour la planète. C’est moins lourd au niveau transport ». Sachant que la plupart des produits cosmétiques contiennent surtout de l’eau. En moyenne, 60 % dans un flacon de shampooing.