Lutte contre le Covid-19 : la France peut-elle se passer du vaccin AstraZeneca ?

·1 min de lecture

Alors que le commissaire européen au commerce intérieur Thierry Breton a annoncé ce dimanche 9 mai l'arrêt des commandes du vaccin AstraZeneca, les médecins accueillent la nouvelle en demi-teinte, notamment parce que la France n'a pas encore les moyens de se passer d'un sérum.

L'annonce est venue confirmer un bruit de couloir. Ce dimanche 9 mai, Thierry Breton, commissaire européen au commerce intérieur, a annoncé l'arrêt des commandes du vaccin AstraZeneca. "Nous n’avons pas renouvelé le contrat (avec AstraZeneca) après le mois de juin. On verra, on regarde ce qu’il se passe", a-t-il déclaré au micro de France Inter. En cause principalement : les retards répétés dans les livraisons du laboratoire suédo-britannique. Mais en Europe, le vaccin a de plus en plus de mal à trouver preneur. Dans l'Hexagone, où le sérum est réservé aux plus de 55 ans, près de 3 millions de doses attendent toujours des volontaires.La faute à plusieurs déconvenues dont une suspension du vaccin à l'échelle européenne liée à la détection cas de thromboses. Mais aussi à une communication politique peu clémente. En visite à Strasbourg, Emmanuel Macron a lui aussi entretenu forme d'incertitude à l'égard de l'utilité du sérum. Le vaccin d’AstraZeneca "nous aidera à la sortie de crise, a-t-il indiqué. Mais pour répondre aux variants, on voit que d’autres vaccins sont aujourd’hui plus efficaces". Tandis que la veille, l'Union européenne signait un nouveau contrat pour acheter jusqu’à 1,8 milliard de...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Nordahl Lelandais condamné à 20 ans de réclusion pour le meurtre d'Arthur Noyer

Jérusalem-Est : au moins 20 citoyens palestiniens tués, dont neuf enfants

Covid-19 : les députés approuvent la création d’un pass sanitaire

Déconfinement : les terrasses vont bien rouvrir le 19 mai, annonce Olivier Véran

Origine du Covid-19 : sur la piste des élevages de visons