Lutte contre le coronavirus : la chloroquine largement utilisée au Brésil, malgré les désaccords scientifiques

Olivier Poujade

Le Brésil est devenu le quatrième pays le plus endeuillé par l’épidémie de coronavirus : 500 000 personnes contaminées, plus de 1 000 morts par jour et une gestion politique de la crise totalement confuse. Parmi les sujets de discorde entre le président Jair Bolsonaro et les gouverneurs des États : l’usage de la chloroquine. L’OMS a récemment suspendu ses essais cliniques sur cette molécule jugée inefficace, voire dangereuse. Pourtant, le président brésilien continue de vanter ses mérites et certaines villes ont même décidé de la distribuer.

C'est le cas de Porto Feliz, à une centaine de kilomètres au nord de Sao Paulo, la capitale économique du Brésil. Les habitants ont été placés en quarantaine, il y a des contrôles stricts à l’entrée de la ville. À l’intérieur, une unité de soins intensifs particulièrement efficace, d’après sa responsable, Ana Paula Dos Santos : "Le nombre de patients dont l’état s’est amélioré est considérable : sur les 150 cas que l’on a ici, 37 ont été internés, 35 ont déjà récupéré."

Des résultats attribués à la distribution d’un "kit Covid" : un cocktail de médicaments comprenant des doses de chloroquine. Le maire de Porto Feliz, Antonio Cassio Prado en est particulièrement fier : "Ce kit coûte moins de 10 euros et il n’y aucune raison que les gens ne l’utilisent pas. Son (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi