Lutte antiterrorisme : une nouvelle loi présentée en conseil des ministres

Source AFP
·1 min de lecture
Le projet de loi doit être voté définitivement par le gouvernement « avant la fin du mois de juillet »
Le projet de loi doit être voté définitivement par le gouvernement « avant la fin du mois de juillet »

Traquer les terroristes, détecter les profils dangereux, prévenir les attentats. Le gouvernement durcit le ton en matière de lutte antiterroriste avec une nouvelle loi présentée mercredi 28 avril en conseil des ministres. Un texte qui prévoit de pérenniser la technique, pourtant décriée, des algorithmes et de l'étendre dans le but de détecter toute personne radicalisée et qui tend actuellement à rester invisible aux services de renseignements. Une loi surtout qui arrive sur la table de l'exécutif cinq jours après l'attentat dans un commissariat de Rambouillet et qui a fait une victime, une fonctionnaire de police de 49 ans.

« Il y a eu neuf attentats de suite que l'on ne pouvait pas détecter à moyens constants », a relevé mercredi sur France Inter Gérald Darmanin. « Nous continuons à être aveugles, à surveiller des lignes téléphoniques normales que plus personne n'utilise », a-t-il insisté. À l'appui de ses propos, le ministre de l'Intérieur a souligné que chacun des meurtriers de Samuel Paty et des paroissiens de la basilique de Nice, en octobre 2020, ne communiquaient avec ses interlocuteurs que par messageries cryptées, Facebook et Messenger et non par téléphone.

35 attentats déjoués depuis 2017

Il a insisté en outre sur le profil des auteurs des récents attentats, qui se sont radicalisés rapidement et n'étaient pas fichés par les services de renseignements. Pour détecter les menaces, le texte pérennise la technique de l'algorithme, qui permet le traitemen [...] Lire la suite